Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°29 [juin 2000 - juillet 2000]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Faut bien réguler…


La créativité sémantique de ce gouvernement est une source constante de satisfaction. Voici maintenant que la « régulation » est à l’honneur. Le néo-capitalisme, les marchés concurrentiels, la flexibilité du travail, la finance mondialisée, d’accord, mais régulés. Entendant ce discours, les opérateurs financiers et les banquiers centraux ont tendu l’oreille. Puis ils se sont rendormis tranquilles : réguler ? Pourquoi pas, en effet, si c’est entre nous ? Prenons par exemple la marée noire de l’Erika. Des sociaux-démocrates archaïques auraient dénoncé la cascade de sous-traitants, les pavillons de complaisance, les équipages sous-payés, le tout au service de la réduction des coûts à tout prix au seul bénéfice des actionnaires de Total Fina (comme de Michelin, Coca Cola, etc.). Ils auraient exigé de nouvelles réglementations, internationales si possible, nationales si nécessaire, interdisant ces pratiques. Mais le ministre des transports, conscient des temps nouveaux, s’est contenté de « demander » aux compagnies pétrolières « de ne plus affréter de navires battant pavillon de complaisance » (Le Monde, 6/01/2000). Les autorités françaises et européennes, si strictes lorsqu'il s'agit de la circulation des travailleurs étrangers, vont-elles continuer à laisser circuler des navires dont l'identité et le propriétaire ne sont pas connus ? On n’a pas non plus entendu parler d’un renforcement des effectifs de fonctionnaires (le vilain mot !) contrôleurs de sécurité dans les ports. La Commission européenne va-t-elle continuer à homologuer des sociétés privées dans toute l’Europe, comme la célèbre Rina, pour inspecter les navires ? Pour l’instant, armateurs et affréteurs dorment tranquilles.

La tempête de décembre ? Il devient évidemment de plus en plus difficile de nier l’impact de l’effet de serre. Mais pas de panique : le gouvernement l’a annoncé, il va créer un marché de permis négociables, que les entreprises pourront s’échanger pour continuer à polluer tranquilles. Sans doute confiera-t-on la gestion de ce marché à une Autorité indépendante (basée au Lichtenstein ?), qui sera chargée de vérifier que les entreprises ne dépassent pas leurs quotas. A l’instar du fameux Cedre, ce centre de recherche sur les pollutions des eaux financé par Elf et Total, cette Autorité sera sans doute compréhensive envers les industriels, qui ne manqueront pas de participer à son financement et à sa gestion. Parmi dix exemples des vertus de ces Hautes Autorités, le plus notoire est celui du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, structure ô combien indépendante vis-à-vis des « professionnels de la profession », et qui pour ne pas fâcher Bouygues et consorts, feint de ne jamais voir les systématiques dépassements des quotas publicitaires à grand renfort d'émissions sponsorisées et de publicités déguisées en émissions. Dormez tranquilles, industriels et présidents de chaînes.

L’exclusion sociale ? Ce n’est sans doute pas la moindre des nuisances du néo-capitalisme. Même au sommet d’un cycle économique comme aujourd’hui, elle n’a guère diminué. Là encore, des socialistes ringards auraient augmenté de façon significative les minima sociaux et les allocations de chômage ; ils auraient fait financer par les entreprises (et leurs actionnaires !) les coûts sociaux de leurs licenciements sélectifs, qui mettent chaque année des dizaines de milliers de salariés fragilisés ou peu qualifiés sur le marché du travail. Mais les néo-socialistes sont modernes : ils viennent de rejeter, fin janvier, un projet de loi communiste sur les licenciements économiques pourtant fort modéré, qui prévoyait de renforcer la responsabilité sociale des entreprises, notamment vis-à-vis des salariés de la sous-traitance (encore elle !). Et le projet de « nouvelles ré-gulations » de Strauss-Kahn et Sautter prévoit d’obliger le prédateur… à venir présenter au CE de l’entreprise qu’il veut « opéer » son projet industriel. Dormez tranquilles, coupeurs de têtes et artistes des plans sociaux… La « régulation » social-libérale, c’est stock-options et fonds de pension pour ceux qui peuvent, SMIC à mi-temps précaire et impôt négatif pour les autres.

La spéculation financière, qui accroît chaque jour les inégalités, et qui peut mettre au chômage en quelques semaines des millions de personnes, comme il y a peu en Asie et en Russie, peut-être demain près de chez nous ? Là encore les archéo-marxistes ont leurs solutions poussiéreuses : des taxes sur les mouvements de capitaux, pour stabiliser les marchés et financer le développement, des réglementations plus contraignantes. Heureusement, les autorités de notre pays sont responsables : elles font confiance au FMI, à la Banque des Règlements Internationaux et… aux opérateurs financiers pour élaborer des codes de bonne conduite et des indicateurs « transparents ». Elles ne veulent pas « isoler la France » en proposant des mesures plus vigoureuses, qui ne seraient pas comprises par les marchés...

La « régulation » est elle donc une farce ? Pas nécessairement : elle pourrait avoir un sens si elle était le fruit d’une mobilisation large des sociétés française et européennes, ONG, syndicats, associations, et d’une pression démocratique exigeante et permanente sur leurs Etats. La conférence de Seattle a donné une idée du chemin à suivre pour les mouvements sociaux nationaux et internationaux. Les citoyens commencent à refuser ces Autorités « indépendantes », ces Organisations mondiales hermétiques, où lobbies et experts décident du sort de la planète en cercle fermé. Comme dit le grand Salvador, « faut réguler, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête ». Mais pour être légitime, cette régulation ne peut provenir des experts et autres sages autoproclamés : elle doit s’appuyer sur le politique et la démocratie.

économiste

© 2000-2019 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire