Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°30 [août 2000 - septembre 2000]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Deux identités au péril de la rencontre


Qu’est-ce qui pousse un homme et une femme à se rencontrer ? Pour l’essentiel, la force de la pulsion sexuelle. Mais lorsque celle-ci peut s’exprimer par la rencontre physique effective, à la puberté, de deux êtres pourvus d’organes génitaux, différents et complémentaires, elle possède déjà toute une histoire. Une histoire empreinte des contraintes biologiques, psychologiques et socioculturelles qui pèsent sur son organisation... La sexualité est présente dans l’enfance et active dès la formation du fœtus. Ce fut l’un des mérites de Freud de montrer que cette sexualité, dite prégénitale, imprègne profondément le développement de la personnalité de l’enfant et, plus spécifiquement, la formation de son identité et de son image de lui-même. Il existe, dès le début de la vie, une sexualisation des échanges entre l’enfant et son environnement humain immédiat, et plus particulièrement la mère. Cette sexualisation passe par les échanges corporels, mais aussi par l’image que chaque parent renvoie de lui-même ; image tributaire des projections parentales sur leur enfant en fonction de leur propre histoire. Les échanges corporels s’effectuent de façon privilégiée par ces « zones érogènes » électives qui sont les points de passage obligés entre l’intérieur du corps de l’enfant et le monde extérieur – la bouche, les appareils excrétoires, l’anus, les organes urinaires et les organes sexuels, plus ou moins confondus avec les précédents. Mais la peau dans son ensemble et les autres organes sensoriels – la vue, l’ouïe, l’odorat et le goût – sont bien sûr concernés. Ils imprègneront profondément la vie sexuelle génitale ultérieure, notamment dans ce qu’il est convenu d’appeler les « plaisirs préliminaires » au coït proprement dit. Ils joueront également un rôle souvent essentiel dans le déclenchement et le maintien de l’excitation sexuelle, comme dans les modalités d’organisation des activités sexuelles dites perverses, c’est-à-dire dérivées par rapport à la finalité de l’acte sexuel complet.

Au travers des soins prodigués, la mère est séductrice de son enfant et l’éveille à une certaine forme de sensualité. L’équilibre en est délicat : trop peu, et voilà que l’ouverture de l’enfant à l'échange et à l’investissement heureux de son corps peut s’en voir freinée ; l’excès inverse, lui, représenterait une forme d’effraction traumatisante, comme pourra l’être par la suite l’exposition trop brutale et trop précoce de l’enfant à la sexualité des adultes, simplement perçue ou, plus gravement, exercée à son égard. La dimension sexuelle de ces effractions ne prendra toute sa portée qu’avec l’« après-coup » de la puberté qui leur confèrera, avec l’accès à une activité génitale possible, leur pleine signification et leur impact traumatique sur l’exercice de la sexualité de l’adolescent…

L’attention portée, ces dernières années, aux transsexuels a permis d’observer que ce que le psychanalyste américain Robert J. Stoller a appelé l’« identité de genre », c’est-à-dire le sentiment d’être du genre masculin ou féminin, se constituait très tôt dès les premières années de la vie, et pouvait être indépendant de la réalité génétique et manifeste du sexe. On peut se reconnaître garçon ou fille et se sentir pourtant appartenir à l’autre sexe…

L’adolescence va être le révélateur des acquis de l’enfance. En rendant possible la réalisation sexuelle, elle oblige le jeune à établir de nouvelles relations et à prendre ses distances avec les parents, le contraignant par là à tester ses capacités d’autonomie et à affirmer ses différences et son identité sexuée. La rencontre avec l’autre sexe en représente une étape clé. Mais elle va à la fois porter le poids du passé et être l’instrument privilégié d’une ouverture vers le différent… On conçoit que la rencontre soit faite de malentendus, car elle est fondamentalement placée sous le signe du paradoxe. En effet, on désire avant tout ce qu’on ne peut avoir, les objets d’attachement du passé. Pour les retrouver ou pour qu’ils donnent ce qu’ils n’ont pas donné, ou réparent ce qu’ils ont blessé. A condition d’ignorer qu’ils appartiennent à ce passé.

La rencontre à l’adolescence condense ainsi des attentes d’ordre bien différent, et si la sexualité semble bien être le moteur, les finalités sont diverses. Elles concernent le désir de détourner des parents les besoins d’attachements qui ne peuvent plus leur être adressés. Et en même temps le besoin de trouver en l’autre le miroir qui permettra de se découvrir dans sa différence comme dans ses ressemblances. Mais le premier peut primer sur le second et, surtout, fluctuer en fonction du temps et des événements. De surcroît, la forme que vont adopter les choix amoureux subira aussi l’influence de la contradiction suivante : il y a certes un plaisir et un désir envers l’objet, mais la force même de ce désir à l’égard de l’autre est ressentie comme une menace pour l’autonomie, voire, chez les plus fragiles, pour l’identité. En somme, le plaisir de désirer l’autre se transforme assez vite en un pouvoir abandonné à l’autre sur soi, en fonction notamment de la qualité des relations vécues dans l’enfance. Ce qui fait que, au fond, plus on est attiré vers quelqu’un, plus s’exacerbe une certaine nécessité de se différencier de lui… La relation amoureuse ménage ainsi tout un maniement subtil de la distance afin qu’en se rapprochant on ne soit pas trop aliéné, absorbé par cette relation, sur un mode qui reste très marqué par la dépendance infantile aux objets parentaux… Nombre de comportements peuvent ainsi être éclairés par la nécessité de gérer cette sorte de paradoxe : ce qui attire et dont on a un certain besoin représente aussi une certaine menace.

Cela peut d’ailleurs expliquer bien des stratégies comportementale des adolescents, depuis le passage d’une relation amoureuse à une autre jusqu’au maquillage de la véritable nature de son désir. Par exemple, en fondant des choix amoureux qui apparaissent comme aux antipodes de ce que souhaitaient les parents. Afin, peut-être, de se protéger du caractère incestueux de son choix et, probablement, de manière plus profonde, du danger d’en effectuer un qui rapprocherait trop l’adolescent de modèles parentaux dont il se sentirait, du même coup, trop dépendant... Aussi, dans toute rencontre, l’identité est potentiellement remise en cause. Elle le sera d’autant plus que l’attrait est plus fort, comme si celui-ci menaçait de vider le sujet de sa substance, en une relation vampirique. Celle-ci prendra elle-même d’autant plus d’ampleur que les repères internes de l’intéressé seront plus fragiles et ses identifications moins assurées, en fonction de la qualité des relations à ses parents. La protection contre cette menace prendra des visages aussi différents que la relation fusionnelle, la fuite et les ruptures itératives, ou le renforcement de la différence entre les sexes.

Les filles acceptent plus facilement la passivité dans la relation, sans que celle-ci mette gravement en cause leur image d’elles-mêmes. La proximité avec les garçons leur est moins problématique, et la relation fusionnelle plus tolérable. Les garçons recourent plus souvent à une échappatoire, comme troubles du comportement, toxicomanie, alcoolisme, par lesquels ils affirment leurs différences et mettent en échec l’emprise féminine. La dissociation entre sentiments et sexualité est plus facile, en revanche, aux garçons et leur permet de tenir à distance leur dépendance affective et leur besoin d’attachement. Les stéréotypes culturels jouent un rôle dans ces différences de tolérance, mais probablement parce qu’ils sont l’expression sociale d’une différence plus profonde. Au cours de son évolution dans l’enfance, la fille change d’objet d’amour en passant de la mère au père, changement parfois difficile et aléatoire, mais qui la protège d’un danger fusionnel perçu comme un retour régressif à l’objet d’attachement primaire, la mère, et qui menacerait son identité progressivement acquise. Pour le garçon, ce danger d’une régression au lien infantile à la mère, au travers de l’attrait pour une femme, ne peut être écarté que par un renforcement de son identité masculine. Au fond, plus l’identité est mal affermie, plus la différence devra être marquée de manière rigide, parce que la rencontre représente une menace pour celui dont l’identité est mal assurée.

Quel peut être, dès lors, l’impact des changements culturels récents qui mêlent féminité et masculinité et atténuent les différences des rôles entre hommes et femmes ? Dans les milieux familiaux où la dimension des luttes féministes a été bien intégrée, et plutôt dans les classes moyennes, moyennes-supérieures, il me semble que, sauf exceptions, les jeunes ont bien compris qu’il existe désormais une certaine souplesse dans la complémentarité des rôles que ne connaissaient sans doute pas les générations antérieures. Mais, en même temps, chez les plus fragiles d’entre eux - ceux que l’on va retrouver, un jour ou l’autre, dans les bandes, dans la délinquance, ceux qui vont se montrer attirés par les sectes ou par des positions quelque peu extrémistes -, semble se pointer à nouveau cette nécessité d’une différenciation très forte... Dans cette volonté très contemporaine d’égalité entre les sexes perce, du même coup, le sentiment, ou le risque, d’une plus grande solitude parce que règne une grande confusion entre le statut de quasi-égalité dans la panoplie des rôles sociaux et l’affirmation d’une complémentarité dans la différence. La rigidité du marquage des différences sexuelles sur le plan social a produit la confusion entre égalité et identité. L’égalité revendiquée, c’est avoir les mêmes droits que les hommes, sur un mode qui ne serait pas forcément identique à celui de l’homme. Cette égalité pourrait être marquée par la différence. Or la revendication féminine a négligé cette nuance (par exemple par rapport à la maternité, aux nécessités d’être plus proche des enfants). L’on connaît assez peu de revendications portant sur une reconnaissance de différences qui établirait la véritable égalité fondée sur ce qui distingue homme et femme et non pas sur une sorte d’assimilation de la femme à des modèles masculins.

Dans ce registre, quoi qu’il se dise ici ou là, on n’a guère le sentiment qu’on assiste aujourd’hui à une confusion des identités entre masculin et féminin - en tout cas, pas par le biais d’une certaine indifférenciation des mœurs et des attitudes qui serait propre aux adolescents. Ce dernier phénomène, semble-t-il, demeure superficiel et n’affecte que les apparences ; il est au mieux de nature culturelle et ne touche pas du tout en profondeur le sentiment d’identité sexuée, le sentiment d’appartenir à un sexe plutôt qu’à un autre. D’ailleurs, simultanément à cette relative indifférenciation des apparences, surgissent des renforcements, dans notre culture, d’attitudes machistes et des marquages d’appartenance sexuelle parfois de manière assez brutale - que ce soit dans l’ordre du vocabulaire ou du comportement dans certaines bandes de jeunes. Si une certaine confusion des rôles jadis traditionnels peut se faire jour, à l’occasion, cela se cantonne, pour la plupart des jeunes, au rôle social et ne remet pas du tout en cause leur sentiment d’appartenance sexuelle. Paradoxalement même, cela aide un certain nombre d’entre eux à mieux vivre leur identité, féminine ou masculine, que d’intégrer la part de l’autre sexe que tout être humain porte en lui…

En revanche, un autre phénomène interfère avec celui-là, mais il est d’un tout autre niveau : désormais, la liberté des mœurs et la plus grande latitude de retarder le mariage, voire de se séparer et de passer d’un lien à un autre d’une manière beaucoup plus généralement admise qu’autrefois, cette facilité de changement de partenaires entraînent-elles peut-être une instabilité, une impression de difficulté à « se trouver ». Ce désarroi semble lié au fait que l’individu n’est plus soutenu dans son choix par un certain nombre d’interdits, ou, du moins, de convenances sociales, qui sont comme autant de pesanteurs freinant une trop grande facilité de passage à l’acte. Car cette licence a quelque chose de troublant qui finit par interroger le désir des sujets - qu’est-ce que je veux vraiment ? Qu’est-ce que je suis ? Et alors même, encore une fois, que dans l’ordre de leurs identités masculine ou féminine les choses sont beaucoup plus claires que les sujets ne le croient.

De même, une certaine facilité d’ouverture à l’homosexualité peut-elle faire parfois douter du choix de l’objet sexuel désiré ou de l’identité, non pas parce qu’elle est plus profondément remise en cause qu’elle ne l’était naguère, mais parce que la facilité d’expérimentation est plus grande…

Du reste, une manière de nouveau conventionnalisme, chez les adolescents, se manifeste non plus dans le marquage des rôles mais dans son contraire : se donner l’apparence, l’impression que féminin, masculin, tout cela, c’est un peu la même chose, alors que nous pouvons noter, au contraire, dans l’intimité de relations psychothérapiques, la force des stéréotypies - qu’elles soient d’ordre culturel ou inhérentes à la psychologie humaine, en particulier face au couple activité/passivité. Il en est de même de la permanence et de la force du caractère stéréotypé des rôles masculin et féminin dans le contenu des fantasmes sexuels.

Comme psychiatre et psychanalyste d’adolescents, je suis très frappé par les constances plus que par les changements et par le caractère superficiel - proche de l’ordre de la convention sociale - de ces changements, caractère accentué par la possibilité d’expérimenter des relations soit en changeant de partenaires, soit en ayant des relations homosexuelles plus facilement, qui, à l’évidence, sollicitent, interrogent le sujet, mais sans que les problématiques aient beaucoup changé par rapport à celles de leurs parents…

Ce qui permet d’assumer le masculin et le féminin, et donc la rencontre, reste pour nous la qualité des identifications. Or ces identifications concernent toujours ceux qui nous ont élevés : nos parents ou ceux qui en ont tenu lieu - parents qui renvoient toujours à la différence des sexes et à l’identification au père, à la mère, complétant ainsi l’arsenal chromosomique dont chacun d’entre nous dispose.

La façon dont cela s’est opéré, la qualité et le moment de ces identifications demeurent déterminants pour l’identité sexuée et pour le choix. Et, par conséquent, pour la nature des relations amoureuses que chaque homme et chaque femme tisseront aux cours de leur vie.

Professeur de psychiatrie infanto-juvénile et psychanalyste. Il dirige le service de psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte à l’Institut mutualiste Montsouris.

© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire