Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°30 [août 2000 - septembre 2000]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Le Passant a aimé


Jacques Abeille, Celles qui viennent avec la nuit (L'Escampette). Un recueil de nouvelles sur l'étrange pouvoir de métamorphose des femmes. C'est superbe.

P. R.



L’affiche, revue murale de poésie fête ses dix ans de création et publie, sous la direction de son instigateur, Didier Vergnaud, un magnifique livre reprenant l’histoire de cette aventure urbaine (Le bleu du ciel Ed., 2000, 250F.). C’est l’occasion de retrouver l’ensemble des compagnons (Arnaudet, Beck, Herreria, Lucot, Noël, Viton, etc.) de cette très belle route poètico-humaine ainsi que les vingt-huit affiches crées aux détours des chemins.

T.L.



Au pied du mur, 765 raisons d’en finir avec toute les prisons, collectif, l’Insomniaque (Montreuil), 100 F., 2000. « Le temps descend sur votre cellule comme le couvercle d’un cercueil où vous seriez allongé, le regardant se refermer lentement sur vous… », Jack Henry Abbott, Dans le ventre de la bête. Voici l’une des 765 bonnes raisons de lire cette anthologie de paroles et d’écrits de toutes origines et de tout temps contre les prisons… et de penser enfin comment en finir avec toutes les prisons ? Anar, roboratif… et décapant.

E. B.



Yves Buin et Jack Kerouac, Vendredi après-midi dans l’univers (2000, 70 F.). C’est sous ce beau titre qu’Yves Buin - bien connu du Passant - nous propose, en poète-géographe, de revenir sur les traces singulières de l’homme aux mille chemins. Nous n’omettrons pas de mentionner ici le magnifique travail des éditions Jean-Michel Place et leur surprenante collection « Poésie ».

T. L.



Francisco Coloane, on ne présente plus « le monstre » de la littérature sud-américaine, auteur des superbes Tierra del Fuego et Cap Horn. Ce chilien de quatre-vingt-dix ans vient de signer, chez Phébus, ce qu’il présente comme son ultime voyage… Le Passant du bout du monde (2000, 129 F.), n’est autre que le roman d’une vie foisonnante et tumultueuse entre rêve et vécu ; parfaitement et génialement inclassable.

T.L.



Miguel Delibes, Vieilles histoires de Castille chez Verdier. Une description sans illusion de la vie paysanne au début du siècle ; la beauté des noms de lieu est comme un poème qui chante une civilisation si ancienne qu’elle ne fait plus une avec la terre.

P. R.



Frédéric Lebaron, La croyance économique (Seuil). Pas encore eu le temps de le lire, mais vu tout le mal qu'en dit la presse unique, ça doit être bien.

P. R.



Cyril Lemieux, Mauvaise presse (Métailié). Il n'est pas évident que cette sociologie compréhensive des journalistes soit plus tendre que le pamphlet de Serge Halimi. Ce qu'on y découvre est assez décoiffant et donne à réfléchir sur le prétendu pouvoir de la presse.

P. R.



Manière de voir, le salutaire bimestriel du Monde Diplomatique, nous propose dans son numéro 52 de Penser le XXIe siècle (juillet-août, 2000, 45 F.). Quelle nouvelle société ? Quelles nouvelles menaces ? Quels nouveaux droits ? Quels nouveaux espoirs ? Sur ces questions vous trouverez les réflexions de Pierre Bourdieu, Cornelius Castoriadis, Monique Chemillier-Gendreau, Susane George, Félix Guattari, Paul Virilio entre autres…

T.L.



Véronique Nahoum-Grappe - accompagnée de Boris Cyrulnik, Geneviève Fraisse, Philippe Jeammet et Myriam Tsikounas – s’interroge sur la rencontre amoureuse et sur la qualité de ce lien à l’heure où, après le féminisme, les identités masculine et féminine sont assez floues (Rêves de rencontre, coll. Le penser-vivre, Ed. Textuel, 1996, 125 F.).

T. L.



Jean-François Raguet, De la pourriture (L'insomniaque).Un règlement de comptes au vitriol avec l'establishment sorbonnard, ses combines, ses lâchetés, ses étroitesses d'espit. Raguet compare les deux éditions du Dictionnaire des philosophes (P.U.F.) et constate de bien étranges changements.

P. R.



André Rauch (Le Premier sexe, Hachette littérature, 2000, 297 p., 128 F.) offre une histoire du corps masculin et de ses représentations en France depuis la révolution de 1789 jusqu’au début du XXe siècle. Voilà toute la gamme de variations autour d’une virilité synonyme de sacrifice et culte du corps souffrant. Les plaintes et les gémissements, marques stéréotypées de l’univers féminin, font office de contre-exemple à l’idéal de la virilité, un temps résumé dans le « mutisme arrogant ».

E. B.



Valère Staraselski vient de publier, chez L’Harmattan, Il faut savoir désobéir. C’est dans cette posture que l’auteur revisite la dernière décennie du XXe siècle par le prisme d’articles, d’interventions et de correspondances vives et incisives où se mêlent et se démêlent aussi bien les questions politiques qu’artistiques.

T.L.


© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire