Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°31 [octobre 2000 - novembre 2000]
Imprimer cet article Imprimer l'article

J’ai pas l’cerveau qui fuit !


Quand il passe devant un commissariat ou une église, quand il traverse les quartiers bien, y’a une chanson qu’le Père Duchêne aime bien fredonner. Elle dit qu’y a pas de sauveur suprême, elle dit aussi que l’Etat opprime et qu’la loi triche, que l’impôt saigne le malheureux. Alors quand il a appris qu’les impôts allaient baisser, ça l’a d’abord mit d’humeur guillerette, mais quand il a appris comment ils allaient baisser, il a plutôt eu l’impression de s’être fait couillonné dans les grandes largeurs avec sa bonne humeur, et ça l’a refoutu doublement en rogne.

Ah, c’est sûr, c’est une bonne chose, qu’la CSG soit supprimée pour ceux qui gagnent quatre francs six sous et qu’on baisse l’impôt du simcard, c’est une bonne chose qu’en plus, les chômeurs aient plus à payer la vignette auto. Mais 300 balles par an pour leur tire médiocre et quelques broutilles de moins pour l’petit salaire, ça fait quand même pas avaler la pilule. Bon Dieu d’merde, que même aux gros revenus, on leur baisse l’impôt ! Que même ceux qui font dans l’gros cylindre, on leur fasse cadeau d’la taxe ! Un cadeau qui monte jusqu’à 15000 balles par an ! C’qui veut dire qu’la Porche et la Jaguard qu’y vont garder 4 ans, c’est comme s’ils la payaient 60 000 francs de moins, ce qu’y fait rien d’moins qu’un an de SMIC ! Comme qui dirait, ça m’fait monter la moutarde. Et vive la sociale !

Morale de l’histoire : celui qui fera l’plus d’économie, c’est l’plus riche, alors qu’ça fait des lustres qu’les inégalités, elles, elles se creusent ! En plus, avec ce qu’ils appellent « nouvelle économie », elles vont pas manquer de s’creuser encore plus ! Tiens, c’est plus d’fracture sociale qu’y faut parler, c’est d’la crevasse sociale !

ça met pas vraiment d’bonne humeur. On dirait qu’en franchissant le 20e siècle, la gauche plurielle retombe dare-dare en dessous d’89 ! On peut dire ce qu’on veut, mais dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, on s’préoccupait quand même un minimum d’la justice sociale. Voilà c’qu’y disait l’article 13 : « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ». Comme l’disait l’copain Wacquant dans l’Passant y’a pas longtemps1, si y’a besoin d’tant d’impôts alors qu’on privatise à la vas-y que j’te pousse, c’est qu’pour traiter la question sociale, on a pas encore trouvé mieux qu’la matraque et l’écrou. ça m’fait déjà bizarre d’savoir que c’est mes impôts qui payent les commissariats et leur flicaille, les prisons et les matons, les généraux et leurs canons ! Mais d’savoir qu’ceux qui profitent de l’inégalité, qu’ceux qu’ont bien besoin d’être protégés, y vont encore moins participer qu’avant aux finances de tout c’merdier, ah ça, j’peux l’dire, c’est foutrement dur à déglutir.

Vous m’direz que l’gouvernement, c’est pas des mauvais bougres, qu’ils ont sûrement une raison pour les baisser à tous, les impôts, et pas seulement au prolo. Eh oui, bien sûr : c’est la fuite des cerveaux ! Y pétochent sec qu’avec des impôts qui restent encore un minimum justes, tous les cerveaux de la nouvelle économie, y s’fassent la malle, qu’ils aillent voir ailleurs, dans les pays où on laisse les pauvres tranquilles, sans les déranger avec des trucs comme la sécurité sociale. Donc, y’a pas à discuter, faut qu’on les leur baisse, les impôts, à ces petits chéris, pour qu’y puissent s’enrichir encore un petit peu, et comme ça, qu’y soient pas trop incommodés à rester. Le problème, c’est qu’la nouvelle économie, ça sera jamais qu’une partie de l’économie, et qu’ailleurs, ça sera toujours des queues d’prunes qu’tu gagneras, et en t’faisant exploiter et pas qu’à moitié et peut-être même encore plus qu’avant, parce que ces boulots, y vaudront d’moins en moins l’coup pour l’actionnaire, mais y faudra quand même bien qu’y soient rentables, et pour ça mon gars, à ça oui tu peux y compter, y vont pas oublier d’te faire trimer. La nouvelle économie, moi j’te l’dis, c’est du tout cuit : d’un côté, l’luxe pour ceux qu’ont l’cerveau qui fuit dans l’réseau, de l’autre, les mains dans l’turbin pour un salaire de misère.

C’qui est quand même chouette avec la croissance et la baisse d’impôts, c’est qu’on sera d’plus en plus à pouvoir s’payer des BM et des 4 x 4. Du coup, l’Smicard, quand y sortira du métro pour aller au turbin, et quand y sortira du turbin pour aller au métro, pardi y pourra rêver en regardant les belles autos. Mais quand la richesse elle devient trop insolente, faut-y pas qu’ceux d’en bas ils enragent ? Les patrons et les socialistes, ma parole, c’est dans peu d’temps qu’y vont l’sentir, qu’y l’ont enterré un peu trop vite, la vieille lutte des classes.


© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire