Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°32 [décembre 2000 - janvier 2001]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Hey, Junior !


A l’heure où ces lignes sont écrites, la victoire électorale de George W Bush, Junior, comme on le qualifie parfois (ce qui n’est pas sans rappeler le personnage de chien abruti imaginé par Tex Avery), ne fait plus guère de doute. Le vent soufflant de Floride n’apportant plus guère que les miasmes des bayous, infestés de gators et de mocassins d’eau, il semble bien que l’Amérique n’aura plus le choix, dans les quatre ans qui viennent, qu’entre la morsure qui broie et celle qui empoisonne. Le fait que notre pays soit gouverné par un imbécile complètement instrumentalisé par les lobbies n’est pas nouveau. Si l’on était méchant, et sans doute un peu superficiel, on pourrait penser qu’après tout, les Américains ont la représentation politique qu’ils méritent. Le problème, aujourd’hui, qui agite même les grosses têtes des rednecks texans, est que ce système de représentation, qui se donne volontiers pour modèle universel de démocratie, complaisamment relayé par la plupart des médias occidentaux, en a pris ces jours-ci un rude coup. Et que nous sommes peut-être à la veille de connaître ici une salutaire crise politique qui pourra rendre au moins plus sain et plus sûr le système électoral hérité des pères fondateurs du XVIIIe siècle.

On a beaucoup ri - et tremblé à l’idée de cette menace fantôme - de l’ignorance affligeante de Junior dans à peu près tous les domaines qui sont de la compétence (si ce mot a encore un sens à son propos), d’un homme d’Etat, qui plus est appelé à jouer sur la scène internationale le rôle qu’on sait, et qu’on redoute. On perdrait du temps, et beaucoup de place, à énumérer le bêtisier accablant de ses déclarations : rien n’échappe, en effet, à l’espèce de vigilance ahurie du nouveau probable président. On raconte, dans les rédactions de la côte-est, qu’appliqué au dispositif de défense spatiale antimissile auquel il tient tant, le maillage de la bêtise tous azimuts de Bush rendrait le territoire des Etats-Unis pratiquement inviolable, même par les systèmes de guidage et de brouillage les plus sophistiqués. Son indigence intellectuelle est capable d’intercepter, de neutraliser et de rendre abscons n’importe quoi… Le champ entier des connaissances humaines, même les plus accessibles au grand pu-blic américain, pourtant peu curieux et instruit, peut être labouré par les terrifiants rotors de ce paysan riche : le sol en demeurera dévasté et stérile pour de longues années. Du côté de Minneapolis, on prie tous les jours le Seigneur pour qu’il ne parle jamais d’agriculture…

Du coup, le programme ultra-conservateur du ticket républicain, entre ces mains pataudes dont chacune ignore toujours ce que fait sa jumelle, relève d’un catalogue du musée des horreurs feuilleté par le Zombie Sans Tête. Car n’oublions pas que Bush est un fervent supporter de la vente libre des armes à feu sur l’ensemble du territoire, qu’il est opposé à la liberté de choix des femmes en matière d’avortement, qu’en tant que gouverneur du Texas il a prouvé sa foi dans la peine de mort, refusant toutes les grâces qui lui étaient soumises (voir texte ci-contre, la chronique du Poisson qui pêche), et qu’enfin, sur le plan économique et social, il est partisan d’une réduction drastique des crédits d’Etat pour l’aide sociale et l’éducation, promettant des centaines de milliards de dollars de réductions d’impôts dans les années à venir, ce qui privera Washington, mais aussi les Etats de la fédération, de toute recette capable de redistribuer un tant soit peu les colossales richesses produites par le pays.

A rifle and a bible, et malheur aux « vaincus » laissés pour compte de la prospérité. Tout le génie du Texas péquenot, celui d’avant la nouvelle frontière, celui aussi de Dallas, mis au service des grands groupes industriels et financiers. On nous projette un très mauvais western urbain, raciste et ultra violent, interprété par Chuck Norris et mis en scène par Charlton Heston.

Reste que les Américains s’interrogent, ce qui leur arrive parfois, mais que ce coup-ci ils se posent quelques bonnes questions sur le système politique en vigueur ici. One man, one vote, a-t-on coutume de dire pour décrire rapidement le minimum démocratique exigible d’un pays libre. Voire. Bush sera élu alors qu’il est minoritaire d’à peu près 100 000 voix, en vertu du vote bloqué des grands électeurs. Ce système, conçu par les « pères de la nation », témoignait à l’époque de la méfiance des élites à l’égard de l’expression politique du peuple, qu’il fallait canaliser, normaliser, dont il fallait, surtout, atténuer les sautes d’humeur et le pluralisme. On pouvait à la rigueur le comprendre sur un territoire gigantesque, incomplet, pas encore conquis par le génocide sur les populations indiennes. Mais la pérennité de ce mode de fonctionnement montre bien qu’au fond rien n’a changé, et que la démocratie relève le plus souvent, ici sans doute plus encore qu’ailleurs, de la fiction efficacement scénarisée, et incarnée par de talentueuses marionnettes, elles-mêmes animées par de redoutables manipulateurs. En ce début de XXIe siècle, les Etats-Unis d’Amérique sont ils en train de découvrir le bon vieux suffrage universel direct ? Les donneurs de leçons vont-ils être obligés de réviser leur b-a ba ?

Il est possible que la « modernité » change de camp, ou en tout cas de contenu.

Ce serait bien le strict minimum souhaitable, si l’expression aujourd’hui figée de « démocratie américaine » veut avoir encore un sens.

Chicago, Illinois
Traduction Carmen Sternwood

© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire