Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°32 [décembre 2000 - janvier 2001]
Imprimer cet article Imprimer l'article

La plus grande république bananière du monde


A la suite d’une campagne électorale lamentable (grâce à laquelle on a tout de même appris que l’un des candidats était « plus dentelle que cuir »), mettant aux prises des pantins manipulés par les firmes et les lobbies les plus puissants du pays, des élections ont eu lieu, le peuple a voté, mais, plusieurs jours, bientôt sans doute plusieurs semaines après le vote, personne ne peut dire sur qui les suffrages se sont majoritairement portés, ni lequel des candidats a emporté l’élection.

Où cela se passe-t-il ? En Serbie, dans le pays du « nouvel Hitler » (Otan, juin 99) ? En Irak, dans le pays du « diable Saddam » (ONU, janvier 91) ? Dans la Russie bonapartiste de Poutine ? En Côte d’Ivoire ? Aux Philippines ? Chez les « rouges » de Chine, de Cuba ou de Corée du Nord, peut-être ? A moins que ce soit dans une ex-dictature d’Amérique centrale ou d’Amérique du Sud ? Ou bien cela se passe-t-il dans un pays qui n’a guère les moyens de financer une campagne électorale, et encore moins ceux de financer le contrôle et le dépouillement des votes exprimés ? Non ! Cela se passe aux Etats-Unis d’Amérique, dans la prétendue « plus grande démocratie du monde »…

Cela se passe dans le pays qui, depuis plus de deux siècles, passe pour le berceau et le modèle même de la démocratie moderne. Et surtout, cela se passe dans le pays où les campagnes électorales sont de très loin les plus chères du monde, où des millions de dollars sont engloutis dans le spectacle des élections : cette campagne, la plus chère de l’histoire, a coûté 371,6 millions de dollars aux Démocrates, 505,5 millions aux Républicains ; rien que dans le Montana (qui compte moins d’1 million d’habitants !), les deux candidats au Congrès ont collecté chacun 2,5 millions de dollars (en plus des financements publics) et chacun des deux partis a dépensé 4 millions de dollars ! Avec 400 000 votants dans le Montana, cela fait 32,5 dollars par vote exprimé, sans compter le financement public ! Tout cela se passe en outre, dans un pays connaissant une croissance économique forte et ininterrompue depuis huit ans, avec un PNB de 8 178 milliards de dollars (contre 7 986 pour l’Union européenne), un excédent budgétaire de 230 milliards de dollars en 2000 et une capitalisation boursière de 16 159 milliards d’euros. Ce pays-là, unique puissance mondiale dans tous les domaines (économique, militaire, diplomatique, culturel, etc.), est donc incapable de désigner son chef de l’Etat au suffrage universel. Il lui faut recompter les votes à la main et déjà on constate des fraudes, les procès sont pour très bientôt. Pour ne rien dire de la crédibilité de celui qui sera finalement déclaré élu… A quoi s’ajoute que l’Etat dans lequel il est nécessaire de recompter les votes pour savoir lequel des deux candidats emporte finalement les grands électeurs, cet Etat donc, la Floride, a à sa tête un Gouverneur qui n’est autre que le frère de l’un des deux candidats à la Présidence !

Comme il semble donc qu’il soit impossible d’organiser des élections, même en y consacrant des sommes qui dépassent largement le budget de la plupart des pays de la planète, et puisque tout le monde trouve formidable que le fils d’un ancien président puisse à son tour devenir Président (rendez-vous compte : cela n’est plus arrivé depuis le début du XIXe siècle !), la seule solution est de supprimer ce simulacre de démocratie (qui, de toute façon, n’a jamais intéressé plus d’un américain sur deux) et d’instaurer la monarchie héréditaire : ce sera plus clair et moins cher !

Philosophe

© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire