Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°32 [décembre 2000 - janvier 2001]
Imprimer cet article Imprimer l'article

L’hiver à contre-jour


Va bien falloir que l’hiver fasse sa rentrée, qu’il s’mette à souffler un regain d’froid dans les côtes de la misère, qu’à nouveau les trottoirs se mettent à hurler des poésies noires. L’année dernière, alors que j’rêvassais dans les rues en hiver, j’ai heurté quelque chose qui tout droit conduisait à une bouche d’homme. D’où sortit la plainte, de ces souhaits à l’envers, de ces sanglots-mots : « Voici, j’ai arraché le manteau de chair saignante / et de colère je marche nu / - non, pas encore ! mais je me vois lointain / et j’ai pour me guider et remplacer mon cœur, / très loin, ces mains, ces mains d’aveugle, / l’aveugle morte plus voyante que vos yeux de bêtes, / vous opaques vivants lourds, très loin l’aveugle »1. L’année dernière aussi, j’ai vu tout ce peuple invisible se débattre dans le néant et arracher des masques, tenter de se faire une place, un repas, un toit, et venir dire pour Noël : « Il meurt, mon peuple, il se retourne dans sa peau, / il souffle vers le ciel ses bronches, / et ses orteils l’ancrent au sol. / Ses pieds sont les racines et ses bronches les branches / d’une forêt de famine, des midi. »2. Oh, les beaux discours qu’ils ont eus en récompense ! Droit de propriété patati, grands équilibres patata, générosité publique lalalère. Pour Noël, j’vous parie une chopine qu’une méchante misère fera son apparition annuelle, histoire de gâcher notre bonheur. Comme disait Vermersch, l’un des poètes du Père Duchêne sous la commune, faut des mesures radicales pour digérer tranquille : « Pour être heureux, purgeons la terre / De ces coquins, de ces brigands ! / Vit-on jamais peuple semblable ? / ça pleure, hurle et fait le diable, / Parce qu’il crève un peu de faim ? »3. Et des guirlandes, et des guirlandes, et des guirlandes…

Canailles, coquins, brigands, crevez leur l’apparence ! Déchirez leur l’écran ! Bouchez leur donc le flon-flon !

Du même auteur à paraître aux éditions du Passant Mépris social, éthique et politique de la reconnaissance.
(1) R. Daumal, « Le grand jour des morts », in Le contre-ciel, Poésies / Gallimard, 1970, p. 60.
(2) « Le serment de fidélité », ibid., p. 76.
(3) E. Vermersch, « Les incendiaires », in M. Choury, Poètes de la commune, Seghers, 1970, p. 264.

© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire