Accéder au site du Passant Ordinaire L'Hypothèse démocratique
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°33 [février 2001 - mars 2001]
Imprimer cet article Imprimer l'article

« La sale guerre propre »

Interview de Christine Abdelkrim-Delanne*
Que ce soit en Irak ou dans les Balkans, les guerres « modèles » continuent à tuer bien après que les armes se soient tues. L’uranium appauvri utilisé dans certains armements provoque cancers et leucémies, de part et d’autre, et des dégâts écologiques pour de longues années. Sans compter une autre arme redoutable, l’embargo, phase ultime de la guerre propre, qui décime le peuple irakien en silence quand Saddam Hussein se porte comme un charme. Christine Abdelkrim-Delanne en appelle à tous pour en finir avec cet embargo.



Le Passant : Depuis quand utilise-t-on l'uranium appauvri dans l'armement et quels sont les pays qui l'utilisent sous cette forme ?



Christine Abdelkrim-Delanne : L'uranium appauvri a été utilisé pour la première fois, massivement, dans la guerre du Golfe. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et, probablement la France mais cela n'est pas encore très clair, s'en sont servis pour bombarder le sud de l'Irak y compris des zones où se trouvaient les militaires français. Actuellement, ces trois puissances auxquelles il faut ajouter la Russie, produisent ces munitions. On suppose aussi que la Chine, Israël, l'Inde et le Pakistan en produisent également. 44 Etats en sont équipés dont la Turquie, la Thaïlande, Israël, la Grèce, Taiwan, l'Egypte, Oman, la Jordanie, Abu Dhabi et les Emirats arabes unis.



Pour quel type d'armement, l'uranium appauvri est-il utilisé ?



L'UA sert à la fabrication des obus flèches comme celui qui équipe les chars français Leclerc ou AMX 10 et 30, les avions américains A10, les hélicoptères Apaches, les chars britanniques Bradley et bien d'autres encore, y compris des missiles et des balles 30 mm. Il sert également à fabriquer les blindages de certains chars américains, britanniques et français. Mais dans ce cas, ces chars ne sont pas vendus, on le comprend !



Votre livre, La sale guerre propre dresse un réquisitoire terrible. Peut-on mesurer aujourd'hui l'ampleur du désastre écologique et humanitaire provoqué en Irak ?



Non, c'est tout à fait impossible d'autant que la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne refusent d'en reconnaître le danger. Ces trois puissances se sont opposées au moratoire proposé par les autres Etats européens membres de l'Otan. En Irak, mais certainement aussi, on le sait aujourd'hui, en Bosnie, et demain au Kosovo et en Serbie, les effets sur la population sont et seront dramatiques. En Irak, la flambée des leucémies et de cancers notamment chez les enfants dans les années qui ont suivi la guerre est significative. Quant à l'environnement, les scientifiques le diront probablement un jour de façon précise mais la durée de vie de l'uranium appauvri oxydé est telle que l'on peut penser raisonnablement que les conséquences à long terme risquent d'être très graves.



Qu'attend donc le gouvernement français pour ouvrir une commission d'enquête ? Les preuves que vous, votre association ainsi que les vétérans américains et anglais avancez ne seraient donc pas suffisantes ?



Visiblement non, cela n'a pas suffi. La mission d'information décidée de façon précipitée par la Commission de la Défense de l'Assemblée nationale et présidée par Paul Quilès, ex-ministre de la Défense, avant même l'ouverture de la session parlementaire, n'a pas permis aux députés de débattre comme l'aurait exigé une commission d'enquête. La mission d'information est totalement insuffisante, les généraux y disent ce qu'ils veulent, les personnes auditionnées ne parlent pas sous serment, etc. Le groupe communiste de l'Assemblée nationale a demandé une commission d'enquête tout comme

le groupe Communiste, citoyen, républicain du Sénat, c'est une bonne chose, espérons qu'ils seront entendus.



Les guerres du Golfe et des Balkans sont-elles une nouvelle forme de guerre ou finalement rien n’a-t-il vraiment changé, sinon d’un point de vue terminologique, la chirurgie ayant simplement remplacé la boucherie avec les mêmes résultats désastreux ?



La guerre du Golfe a été la première guerre « multinationale locale », la plus puissante coalition internationale contre un pays depuis la seconde guerre mondiale. Elle a servi de terrain d'expérimentation pour les technologies du futur. Elle a été présentée à dessein comme la guerre modèle pour les années à venir, propre, sans mort, utilisant des armes intelligentes. Dix ans plus tard, elle continue de tuer. Les guerres de Bosnie ou celle de Yougoslavie-Kosovo, peuvent être considérées comme ses petites sœurs. Particulièrement la seconde qui a vu la destruction totale d'un pays sans justification réelle. Dans les deux cas, c'est la logique de guerre qui a triomphé de la logique de paix. Dans les deux cas, les Etats-Unis, soutenus par leurs fidèles alliés français et britanniques, ont utilisé un prétexte (la libération du Koweït, les Droits de l'Homme au Kosovo) pour détruire ces pays et s'installer durablement dans des régions stratégiques (dans le Golfe et en Albanie) d'un point de vue des politiques de défense et économique.



L'embargo n’est-il pas aussi une redoutable machine de guerre ?



Comme je l'explique dans La sale guerre propre, l'embargo total décrété par l’ONU sous la pression américaine et maintenu depuis dix ans sur la population irakienne, est la phase ultime de la guerre. Le nouveau président américain Bush Jr a d'ailleurs déclaré dès son élection qu'il ne serait pas levé. Les intérêts pétroliers de la famille Bush et des Etats-Unis ne peuvent en effet supporter que l'Irak reprenne sa place parmi les premiers producteurs de pétrole. En attendant, ce sont les Etats-Unis qui achètent la majorité du pétrole vendu par l'Irak dans le cadre pétrole contre nourriture, et à un prix défiant toute concurrence ! L'embargo a eu des effets dévastateurs sur la société irakienne qui, avant la guerre, était une société moderne, développée, laïque, quelle que soit la nature du régime.



Quelles actions l'association Avigolfe va-t-elle mener pour la levée de l'embargo contre Irak ?



Je vous retourne la question, quelles actions le Passant va-t-il mener pour la levée de l'embargo, quelles actions vont mener les démocrates français, la gauche au sens large, l'opinion publique ? Qu'allons nous faire tous ensemble pour que le gouvernement français agisse enfin de façon responsable pour peser sur le conseil de l’ONU et mettre fin à ce crime contre l'humanité ? Nous sommes tous concernés et ne pouvons continuer de nous taire. Ce sont nos responsables, nos élus, qui ont approuvé la résolution 661 qui tue et continue de tuer en toute légalité internationale des centaines de milliers de personnes en Irak, dont une majorité d'enfants.



Propos recueillis par Eric Bonneau

* Christine Abdelkrin-Delanne est journaliste au magazine Viva. Pendant quatre ans, elle a mené cette investigation de façon indépendante. Elle est aussi co-fondatrice de l’association Avigolfe qui a pour objectif de faire la vérité sur les conséquences de la guerre du golfe et de faire respecter les droits des victimes civiles et militaires. Elle vient de publier Guerre du Golfe, la sale guerre propre au Cherche Midi Editeur, 98 F

© 2000-2022 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire