Accéder au site du Passant Ordinaire L'Hypothèse démocratique
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°35 [juin 2001 - août 2001]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Indignation au balcon




Tu vois, l’truc qui m’a l’plus épaté, dans c’que j’ai vu ces derniers temps, c’est les articles du Monde et de Libération sur l’extrême gauche1, et même plus qu’épaté, carrément énervé. Ah les coquins, y suffit qu’Hollande nous traite de « gaucho-chiraquisme », qu’il pérore qu’la « gauche plurielle doit mener un combat très dur contre le vote extrémiste qui n’est plus de gauche, et notamment Arlette Laguiller, qui fait perdre la gauche »2, et les vlà qui s’ruent sur nous en baragouinant qu’Alain et Arlette, les Motivés, les SUD et tous les autres, c’est exactement comme un FN de gauche, qu’y font l’jeu de l’ennemi, et tiens pardi : qu’ils le savent en plus ! Des extrémistes quoi, et d’la pire espèce ! Qui veulent faire perdre leur camp, qu’ont Jospin dans l’viseur, qui veulent faire gagner Chirac, et tout l’tsouintsouin. Bon dieu, qu’y continuent comme ça, c’est l’meilleur remède contre l’envie d’voter pour eux au deuxième tour. Ça m’donne vraiment envie d’le leur faire bouffer, leur néolibéralisme pasteurisé. Tu l’as goûté ! T’en reveux une louche ?

Y’a pas dix pour cent des députés socialos pour oser envoyer Chirac devant la Haute Cour, et t’entends leurs petits toutous t’jouer l’air des vilains alliés objectifs d’la droite ! Celle-là, fallait quand même l’inventer ! Bonne dame, c’est vraiment qu’on atteint les sommets d’la pensée politique et de l’analyse journalistique ! Nous, si on y était, à l’Assemblée, Chirac, crois-moi qu’il y serait déjà, devant c’te putain d’Cour, alors qu’avec leurs conneries, y va pouvoir s’dorer la pillule cinq ans d’plus, tranquille dans son Palais d’hiver, même s’il a détourné près de dix millions d’francs. Alliés objectifs, ouais ! C’est bien comme ça qu’on s’appelle ! Et après la soupe, tu prendras bien une tranche du marché d’pollution sauce Fabius, tu sais bien, la bourse aux achats du droit de polluer ? Allez, un petit effort ! En attendant qu’le marché des enfants soit servi !

Y sont pathétiques avec leur indignation et leurs sermons responsables d’adultes revenus d’leurs erreurs gauchistes de jeunesse. On dirait des nains qui s’débattent dans l’vide. Tiens, comme si y z’avaient la nostalgie d’ce FN. On s’en était pas aperçu, mais pour eux, c’était bien commode en fait. J’dis pas qu’ils l’ont créé d’toute pièce, ni qu’ils l’ont utilisé sans vergogne. J’dis seulement qu’y pouvaient privatiser à qui mieux-mieux, baisser les impôts sur les tranches supérieures, faire passer la flexibilité et généraliser l’travail de nuit, soutenir Nicole Seillière à chacune de ses conneries, et qu’y z’étaient quand même de gauche. Ben oui monsieur, puisqu’y z’étaient en guerre contre le FN ! C’est-y pas vrai ? Pas dans la rue avec le SCALP3 tu m’diras, mais y z’étaient quand même carrément contre, hein ! Eh ben maintenant, y s’retrouvent à poil, avec les baisses d’impôts, les marchés et toute la compagnie, et même plus un épouvantail pour s’cacher derrière. A part ça, l’aut’ gugus de Jospin, il a pas à rougir d’son passé ! Tiens, si tu desserts, l’reste, j’le prendrai cul-sec.

Dans la décrépitude de la gauche-qui-gère, y’a deux périodes on dirait. Dans la première, on fait le marché unique sans garantie sociale, la rigueur, les privatisations, etc., mais on t’enrobe le tout dans des grands discours avec des grands principes de gauche. Dans la deuxième, on a même plus d’grands discours, juste un droit d’inventaire et des petites affaires. On a plus rien à dire ? Alors qu’on s’taise une bonne fois pour toutes, et qu’on cède la place, ou qu’on change. Socialo, ferme ta bouche ou ouvre les yeux !

Tiens, ça m’fait penser que j’ai lu un drôle de truc qui s’passait dans les années 20 : « Dans la rue Blondel, une femme saoule, l’agent de police la rembarre. Je suis pauvre, dit la vieille. Ce n’est pas une raison pour dégueuler dans la rue, hurle l’agent. Que voulez-vous, la pauvreté, c’est déjà à moitié la saleté, dit la vielle, en continuant de lamper »4.



Le Père Duchène

(1) Le Monde, 06/04/2001(article d’O. Duhamel) ; Libération, 25/04/2001(dossier de la rédaction).
(2) Le Monde, 08-09/04 et 02/05/2001. La même chose en un peu moins excessif chez C. Estier, « Courir derrière l’extrême gauche », Le Monde, 25/05/2001.
(3) Sections Carrément Anti Le Pen.
(4) E. Bloch, Traces, trad. P. Quillet et H. Hildenbrandt, Gallimard, 1998, p. 15.

© 2000-2022 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire