Accéder au site du Passant Ordinaire L'Hypothèse démocratique
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°35 [juin 2001 - août 2001]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Le dernier voile

Pour Mariem, femme de Mauritanie, qui m’a aidée à comprendre
Ils disent que le voile que je porte

enfreint la liberté mon amour

Cependant je ne cache que choses précieuses -

trésors à dévoiler en temps langoureux -

tableaux à contempler avec l’œil amoureux

de qui me regarde comme une femme



Le premier voile que j’enlèverai

en franchissant le seuil de ta maison mon cœur :

l’épais voile d’inquiétude

qui ternit mes yeux dans la solitude

Dehors est sombre et semé d’embûches

Pour qui veut être femme



Le deuxième voile que j’enlèverai

en franchissant le seuil de ta maison mon cœur :

légère mellafah de dix mille teintures -

Coton doux préserve mon dos :

l’œil poignard fouille les rondeurs

de qui doit être femme



Le troisième voile que j’enlèverai

en franchissant le seuil de ta maison mon cœur :

le hawli protégeant de la morsure du vent

mes cheveux venus caresser ton ventre -

(et qui voilent à leur tour la fierté de ma nuque)

d’un doux baiser de femme

Le quatrième voile que j’enlèverai

en franchissant la porte de ta chambre mon cœur :

le long velours de ma robe royale -

aimant subtil attirant tes doigts -

qui chuchote en silence à chacun de mes gestes :

Bientôt tu seras femme



Le cinquième voile que j’enlèverai

en franchissant la porte de ton foyer mon amour :

le cuir qui tait le cri de mes pas -

arrogants hésitants désirants pas -

qui avancent au rythme d’un cœur qui bat

seule vraie démarche de femme



Le sixième voile que j’enlèverai

en franchissant le bord de tes draps mon amour :

la soie des murmures intimes -

(Voile tes paupières et devine)

For your eyes only Rien que pour tes yeux -

Cette ultime peau de femme



Le septième voile que j’enlèverai

En franchissant la frontière de tes bras mon amour :

celui des idées reçues

Mon corps est un cadeau que j’offre -

tout enrobé de pudeur effeuillée -

à qui saura me rendre femme


© 2000-2022 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire