Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°37 [novembre 2001 - décembre 2001]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Liberté immuable, aveuglement constant


J’te l’demande, à qui profite le crime ? Tu l’as dit ! A c’cretin d’Bush qui maintenant passe presque pour un vrai homme d’Etat, à c’délinquant d’Chirac qui maintenant passe presque pour un homme dévoué à l’intérêt général, à cette saloperie de Wall Street Journal qui croit enterrer les luttes contre l’ néolibéralisme mondial1, à cette vermine de Haider qui surfe sur le « conflit des civilisations », à ce cancrelat d’Mégret dont on entendait plus parler depuis belle lurette et qui voit maintenant les journaux nous expliquer qu’il est parti en guerre contre l’Islam à Poitiers2… J’arrête là sinon j’vais m’rendre malade.

Côté débat politique, malgré l’approche des élections, on en était déjà au niveau zéro, mais maintenant, c’est pas l’réchaufement d’la planète, c’est l’ère glacière. On est passé illico d’la « Nou-velle France » à la mobilisation nationale ! Contre qui au fait ? Ce « diable obscur » de Ben Laden, les paradis fiscaux, Total Fina ? On sait pas et on s’en fout. L’principal, c’est la mobilisation nationale. A droite, Chirac s’prend plus pour le défenseur suprême des institutions d’la république, y’a qu’à dire d’son immunité, mais pour l’symbole de la nation, preuve que c’te nation a plus grand chose à dire. A gauche, c’était déjà rudement pénible d’supporter des conneries sociales-libérales comme « l’entreprise-citoyenne », mais entendre Jospin nous sortir des sornettes comme le « patriotisme économique », ça m’dépasse tout simplement3. Pas d’limite à la justice, pas d’limite à la connerie. Les voilà donc qui plastronnent en chefs de guerre. Y’a pourtant vraiment pas d’quoi être fiers. Tu parles d’une guerre au nom du droit, c’est rien d’autre qu’une vengeance planifiée dans les grandes largeurs, déguisée avec d’la morale et d’la religion. La morale d’la punition et d’la vengeance religieuse, tu connais pire politique toi ? Frapper, frapper, frapper encore tous les Etats terroristes, comme si l’terrorisme pouvait s’résumer à une histoire de gouvernement. Liberté immuable mon œil, aveuglement infini oui ! J’en ai vraiment ras l’cul de tout c’merdier ! Vivement que j’explose dans un attentat.

Chirac et Jospin en chefs de guerre, si t’avais encore le cœur à sourire, sûrement qu’tu finirais par en rire. Eh tiens, le voilà l’vrai débat politique : c’est qui qui sera l’meilleur représentant d’la patrie en danger ? Chevènement et Bayrou ont dit tous les deux, pis au même moment, qu’la France « mérite de meilleurs capitaines ». C’est Le Monde qui le rapporte sans même un sarcasme4. A croire qu’y font la campagne d’ces deux guignols ! Tu m’diras qu’ils ont bien fait celle de Balladur en 1995. D’toutes manières, tu vois, pour moi, Bayrou, y mérite même pas un postillon, mais quand j’pense à Chevènement, j’sens qu’y m’vient tout plein d’salive. Pour déclarer sa candidature, il a choisi l’quatre septembre, la date d’la déclaration d’la troisième république en 1870. Mais c’est que c’est un vrai porte-parole d’la république celui-là ! Que l’acte de naissance d’cette demoiselle soit l’massacre d’la Commune, ça lui fait ni chaud ni froid, à c’qui semble. Dans l’discours d’sa déclaration à lui, il a proposé des tas d’choses formidables comme la baisse des charges patronales ! Eh oui mon gars. Puisque j’te dis que c’est un vrai homme de gauche ! Ah ça non, j’suis pas déçu du spectacle.

S’faire passer pour les porte-parole d’la nation, voilà ce qu’ils ont tous en tête, mais y pourront essayer tout s’qui voudront, ils y arriveront pas, y resteront de simples représentants politiques, or, tu vois, y a rien d’plus opposé qu’un représentant politique et un porte-parole. C’est pas moi qu’invente, c’est un historien qui l’dit : « Les agents politiques énoncent des arguments constitués au terme de l’événement, une fois le champ politique formé. Il revient donc aux porte-parole d’énoncer, dans l’action sur le terrain, les formes constituantes du champ politique, conditions mêmes de la mise en place de la nouvelle langue politique. Ce qui importe avant tout, c’est qu’ils le font à travers des conventions inédites inscrites dans un moment pragmatique »5. L’action politique du porte-parole, c’est une création d’la révolution française qu’y dit, parce que les parlements des Etats généraux, y parlaient pas la langue du peuple, y fallait donc trouver un moyen d’leur imposer les problèmes du peuple, c’est à ça qu’ils ont servi les porte-parole : à faire le lien entre l’peuple et la politique, pour pas qu’elle s’enfuie trop vite. A l’époque, y’a eu des tas d’porte-parole différents. Des porte-parole qui sillonnaient la France, et aussi des journaux qui s’voulaient des porte-parole, comme l’Père Duchesne d’Hebert6. Au-jourd’hui qu’la politique est devenue à ce point débile, tu crois pas qu’y faudrait qu’on lui change complètement tout son langage ? Nous, tous les militants de l’action con-crète, tous les petits marcheurs de manifs, tous les résistants de l’injustice ordinaire, tous les porte-parole des sans voix. L’copain Negri, y dit qu’la solution à tout c’merdier c’est la fuite : « Que faut-il faire ? Exoder, se retirer de ce débat, déserter, déserter jusqu’au bout : son travail, la guerre, le savoir. Cela signifie constituer une autre vie qui n’est pas celle de ces messieurs-là, les talibans du dollar et des talibans du pétrole »7. Moi j’crois qu’y s’trompe, qu’la solution, c’est pas la fuite, c’est la conquête d’la parole dans une pratique qui lutte, la prise de parole qui décrit l’autre monde, comme qui dirait : pas d’exit, the voice.

(1) Wall Street Journal, 29/09/2001, Editorial : « Adieu Seatle ? » (en français !).
(2) Le Monde, 02/10/2001, p. 40.
(3) Tu m’diras que des conneries, on en a entendues d’plus belles : l’passeport du pirate de l’air qu’on retrouve intact alors qu’on peut même pas retrouver les boites noires, les croisades, les conflits de civilisations, le « diable obscur », la justice sans limite, la liberté immuable... Avec tout c’bazar, y’a d’quoi être blasé !
(4) Le Monde, Mercredi 03/10/2001, p. 11.
(5) J. Guilhaumou, « Révolution Française et tradition marxiste : une volonté de refondation », in Actuel Marx, 20, 1996, p. 178.
(6) J. Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République, Septentrion, 1998. Pour les nouveaux mouvements sociaux : J. Guilhaumou, La parole des sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution Française, ENS Editions, 1998.
(7) Toni Negri, dans Le Monde, 04/10/2001, p. 11.

© 2000-2020 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire