Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°39 [mars 2002 - avril 2002]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Les belles histoires de Mickey… De la précarité


Par exemple : la St-Valentin. Fête des amoureux… Tu as complètement oublié ; mieux que ça : t’invites un camarade à dîner ; vous vous pointez éméchés. Nous connaissons tous cette sensation confuse qu’il y a quelque chose à fêter… (Oui, mais quoi ?)

Et tu vois le visage en double de ta compagne se liquéfier. L’étau qui tient tes tempes (et qui te fait loucher) se resserre d’un cran…

Autre exemple : tu es agent de change dans la tour B (Romulus) des Twin Towers ; soixantième étage. Tu as fait de petites malversations ; elles vont te coûter ton job. Tu te ronges les sangs : crédits, gosses, voiture, assurances… Boum ! La tour A (Remus) explose… Putain, tu as la trouille, mais tu te dis qu’Allah, dans son infinie bonté, a – peut-être – pensé à toi, que tes erreurs, ta maladresse, vont ressembler à d’la roupie de sansonnet à coté d’ça…

Boum dans la tour B (Romulus) !

Pire ou mieux : ta compagne est née un 10 septembre (revoir le premier exemple en modifiant la raison de la Fête) !



Ghislaine m’a fixé étrangement (j’ai l’habitude) : je venais de lui offrir le plateau floral… Une putain de préparation rustique et kitscheuse, comme rarement vue ! Des fleurs impossibles, quasi obscènes… Et, par-dessus le bouquet, coincé entre deux corolles jaunes et abyssales comprimant un pistil noir démesuré, il y avait la présence d’un cœur rougeâtre, élaboré en plumes (mais de quoi, Bon Dieu ?) ; le tout reposant sur des plantes vertes, recherchant la propagation… Et, dessous, dessous, tout enfoui, un récipient blanc – entre bol et vase funéraire – impossible à tenir, détenir, retenir…

Trois fois qu’elle a décarré, la composition !



Je vous promets : je voulais bien faire…

Je me suis dit : au lieu de faire fonctionner le grand capital, tu fais appel à l’artisanat.

J’entre dans cette boutique et je tombe – évidemment – sur un fleuriste :

« Mon doux, pourrais-je avoir un bouquet de… (je pensais bêtement à des violettes)

– Cher client adoré, mieux que ça… Bien mieux que ça ! Pour, disons quinze euros, je vous confectionne le cadeau fleuri dont vous avez toujours rêvé : une préparation champêtre ! Regards langoureux garantis ! »

Et là, je rêve ! J’imagine Ghislaine émerveillée, heureuse ! Des larmes de bonheur, même si, parfois, elle doute profond. C’est fini : Mickey is in my heart ! Boum ! Boum ! feront nos aortes respectives… Toum ! Toum ! va faire l’agglo particulé, imitation teck, de notre lit Ikea…



Fin d’après-midi : je repasse chez le fleurman :

« Aaaah, mon Seigneur ! Pile Poil !

– Ooooohhh ! C’est pour moi, çaaaaa ?.. Troooop, c’est troooooop !

– Fabuleux, non ? Bien sûr, je suis obligé de monter à 20 euros : faut comprendre… Le temps, les ingrédients recherchés… »

Il m’a dit de bien le tenir, de faire attention, de rajouter de l’eau…



La première fois, la chose n’est pas vraiment tombée à cause de moi : j’atteignais ma voiture, heureux d’en finir avec l’épreuve, quand, derrière, j’ai entendu une voix :

– Mon Prince, auriez-vous du cash, de la trébuche, de la sonnaille, quoi… J’accepte encore les pièces jaunes… Profitez-en !

Un bel homme… Un peu trop engoncé dans son imperméable crasseux… Barbe blanche, litron en main, assis sur son pliant près de l’horodateur…



« Comme vous avez pu le constater, malinot, cet appareil est incompatible avec l’euro nouveau ! D’où : baisse de fréquentation, manque de chalands, de la pogne à la main, un fond de roulement proche du néant, l’amortissement du pliant de plus en plus aléatoire… Que faire ? Banqueroute ? Faillite ! J’en suis donc réduit à la psychologie, voire à la sociologie, que dis-je : à une lucidité permanente !

… J’observe ainsi, mon très Bon de chez Bon, que vous tenez un bouquet comme peu ; que le luxe est, c’est certain, un vieil ami à vous ; que vous vous déplacez dans un C15 banal – oui, mais métallisé gris souris – d’un snobisme effréné… »



Tout à coup, il parut réfléchir, peser le pour et le contre :

– Que les choses soient claires : je demande au minimum deux euros – une collaboration, pas de mendicité ! –, mais vous offre en retour cet aguichant portrait d’Alain Madelin – mon candidat, soit dit en passant – frais sorti ce jour, d’une odorante poubelle !



Ma composition florale décomposée, la poche allégée, j’ai rejoint mes pénates… Par deux fois, mon présent a encore valsé dans la fourgonnette.



Ghislaine me regardait, donc, étrange ; elle observait aussi la chose, avec une certaine fascination…



– Mickey, dit-elle brutalement, me souhaiterais-tu du mal ? Une allergie maligne ?

– Ma chérie, un crabe d’amour, disonz-alors… Mais rien d’autre, je le garantis !

– Et cette épreuve photographique ?..



Elle l’a déchirée sur-le-champ… Ensuite, elle a étalé sur la table la pièce fleurie : les feuilles vertes dégoulinaient du bord, tentant de rejoindre le carrelage… Le pistil priapique pointait vers le plafond et les corolles énormes menaçaient tout humain qui approcherait les doigts !

Et ce cœur (en plumes de qui ?) qui phosphoresçait…

J’ai tenté de défendre l’ensemble, sans m’en faire trop… Ghislaine, comme toutes les bonnes femmes, ne supporte pas de jeter des fleurs, même monstrueuses… Elle m’a dit :

– On va dire que c’est gentil… Que t’as fait l’effort, mein lowe…

De suite, j’ai eu la triquette ! Et elle a ajouté :

– Dommage d’avoir les ragnagnas qui débarquent pour la St-Valentin ! Kein glück ! Remarque que, tant mieux, avec ce beau bouquet, on peut friser la mutation, si accident !..



La queue de Mickey, une fois de plus, bien attrapée…


© 2000-2020 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire