Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°40-41 [mai 2002 - septembre 2002]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Jamais toute l’eau de la mer…


Puisque tout le monde ou presque semblait d’accord, l’insécurité, n’est-ce pas ? Et ces putains de sauvageons dans ce qu’une symptomatique dérive langagière nomme les « quartiers », avouant par là même qu’ailleurs et grâce à l’aménagement uniforme des villes, des quartiers justement, il n’y en a plus (on dit « îlots » paraît-il, nos meilleurs urbanistes comme quelques-uns de nos artistes s’employant à les déshumaniser) ;

puisque l’on entendait ici ou là de vaillants démocrates déclarer qu’il ne fallait pas laisser les « valeurs » au Front National (quelles valeurs, imbéciles ? travail-famille-patrie ? Jeanne d’Arc ? la soumission et le respect de l’Etat repeints aux couleurs de la citoyenneté ?) ;

puisque le « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » était devenu de bon ton et que, souvenons-nous, nos chers staliniens avaient il n’y a pas si longtemps mené campagne sous la bannière du « construisons français », du « fabriquons français », tandis que leur actuel porte-voix envoyait les bulldozers raser un foyer d’immigrés ;

puisque depuis deux décennies les observateurs répétaient que, s’il leur apportait des réponses néfastes, le gang populiste posait de « bonnes », de « vraies » questions, et qu’ils participaient ainsi, sans honte, à la lepénisation des esprits ;

puisque le malheur, l’abrutissement et la pauvreté n’avaient d’échos que sous l’équivoque registre caritatif, que la solitude massive se soignait au Prozac ou à l’ecstasy et que, sur la « toile », de joyeux inter-

nautes s’adonnaient à l’atomisation des consciences ;

puisque, allons, on délocalisait, précarisait, expulsait, « dégraissait » à tire-larigot en se contentant de prendre ce qu’avec pudeur les politiciens appellent des « mesures d’accompagnement » ;

puisque l’on parquait dans un « camp de transit » une foule de « sans-papiers » ;

puisque l’on en était là – je fais court…1 – chacun, pour racoler l’électeur ou battre en brèche sa désespérance, s’était mis à tapiner sur le trottoir où le borgne attendait d’être roi, ou a ça, le pire, et si le fascisme à l’ancienne ne passera sans doute pas on se retrouvera sous peu sous la poigne « humaniste » d’un malfrat qui, jadis grand pourfendeur du « parti de l’étranger », grand éradicateur d’indépendantistes canaques, grand amateur de « voltigeurs » motorisés, en distribuera à foison, de la sécurité, sa délicatesse olfactive ne tolérant guère certaines « odeurs »…

Alors, halte au fascisme ? Oui, bien sûr. Dans la rue au besoin. Dans la rue nécessairement.

Mais la bonne ou mauvaise conscience dont on s’apprête à bourrer les urnes suffira-t-elle à effacer la tâche et la basse besogne, accomplie par Chirac avec l’assentiment de toutes les lâchetés, sera-t-elle plus acceptable d’avoir été si prestement blanchie ?

Un constat, enfin, ou une illustration : les étudiants grenoblois qui, la veille du 21 avril, étaient massivement en grève contre la présence de Tziganes sur « leur » campus (on vit cela, à la télévision, les singuliers contestataires se plaignant que des familles privées d’autre campement utilisent «leur» eau, « leur » électricité), ces étudiants manifestent aujourd’hui contre

le FN. Qu’ils se rassurent : on chassera les indésirables et ils pourront lever à grande eau leurs petites mains blanches…

Poète, auteur, entre autres, de Les chiens errants de Bucarest, 2002, Ed. Fata Morgana, Un arbre élu par l’orage, 2001, Ed. L’Escampette (lire l’appel à souscription sur la page d’abonnement), L’ombre nue, 2001, Ed. Cadex, Dans le vent du chemin, 2000, Ed. Cadex et Mortes pierres, 1999, Ed. du Laquet.

(1) Il faudrait parler de l’absolu cynisme et de l’extrême violence du capitalisme détruisant toute limitation, de sa domination totale, meurtrière, comme du décervelage dont s’acquitte avec zèle sa médiacratie, le réformisme affiché d’une part de son personnel politique n’étant à l’évidence qu’un trompe-l’œil quand il reçoit satisfecit ou encouragements des instances patronales pour sa gestion – « à dégueuler, vraiment » –, et l’on s’étonne que la vomissure pue !

© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire