Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°40-41 [mai 2002 - septembre 2002]
Imprimer cet article Imprimer l'article

De l’amitié et de la politique


Le spectacle donné par nos partis politiques est accablant. Tout occupés qu’ils sont par des luttes de pouvoir, ils délaissent leur rôle premier, principal, fondamental : le maintien d’un système démocratique dans le respect des dynamiques de confrontation. Le XXe siècle s’est clos sur un constat médiocre. Des idées généreuses et novatrices y sont pourtant apparues. Une vraie fraternité humaine s’est concertée, a réfléchi, s’est levée et battue à plusieurs reprises. Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre, et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui, chantait le poète. C’était compter sans la vanité et l’orgueil des hommes de pouvoir. Portés au sommet (mais au sommet de quoi, justement ?) par les urnes ou les armes, par les compromissions, les arrangements, les stratégies politiciennes, ils se sont empressés de trahir leurs amis, avec l’excuse d’un pays à reconstruire, d’une révolution à faire, d’un génocide à organiser, d’une guerre à gagner, ou pas d’excuse du tout. Et Staline élimine Trotski, Fidel envoie le Che se faire voir (là, pas la peine de se lancer dans l’énumération, il faudrait y consacrer le Passant en entier, avec une palme pour le plus drôle, le plus ridicule : l’épisode Balladur-Chirac).

La manière lamentable avec laquelle notre ancien Premier ministre s’est enfui, refusant la critique et le combat, montre tout d’abord l’immense décalage entre la disproportion de son ego et son manque d’envergure humaine mais surtout comment il considérait son « outil politique ». Juste le moyen d’arriver au pouvoir. On l’abandonne quand ça ne marche pas. Les belles idées de gauche ? Elles ne servaient plus à rien depuis longtemps. On en a essayé d’autres, mais ça n’a pas marché non plus. Les fascistes sont là, c’est dommage. Mais tant pis, salut, je prends ma retraite et je vous souhaite bonne chance… Il y a bien un adjectif qui définit ce genre de comportement, l’utiliser me répugne.

Il serait toutefois trop facile d’enterrer un peu vite les « partis de la gauche traditionnelle ». Les hommes sont toujours là, il ne faut pas les oublier. Et même trahis par leurs dirigeants, ils sont encore debout. Les mêmes idées généreuses et novatrices circulent lorsque deux amis se retrouvent pour se chauffer autour des mots, pour partager un verre, pour s’offrir la nuit blanche ou pour rejoindre d’autres dans la lutte sociale… Parce qu’alors il n’est pas question de pouvoir, mais de changement, de transformation, d’avancée, de dynamisme humain. Ce n’est pas d’enterrer la vieille gauche et d’en créer une nouvelle (comme si ça voulait dire quelque chose, ce que je viens d’écrire) qui importe, mais d’en finir avec des comportements puérils et dangereux, d’apprendre à repérer très vite ceux qui se servent des autres à leur fin personnelle. Le pouvoir n’est pas un but en soi, il se partage entre tous.

Depuis longtemps en débat (et l’on se souvient des luttes autogestionnaires), la question du pouvoir et de la manière de l’exercer reste plus que jamais prégnante. Car si la politique définit la manière de gérer une société que l’on souhaite la plus confraternelle possible, pour certains malheureusement, elle restera juste un moyen d’accumuler un peu plus de pouvoir. Comme si celui-ci donnait de la puissance… C’est un leurre.

Pour nombre d’entre nous, cette période est triste, douloureuse. Ce monde ne va pas bien. Parce qu’il est facile de construire un enfer sur la peur de l’homme. La peur de l’homme se nourrit de sa solitude, de son isolement social. La plus belle richesse de l’être humain, ce sont ses amis. C’est un rude travail que de vouloir changer le monde. On ne peut pas le faire pour soi tout seul et je me méfie comme de la peste (qu’elle soit brune ou rouge un peu trop mûr) des grands libérateurs. Ce monde, on va le changer pour ses amis, et surtout, avec eux. De l’exigence que l’on s’impose et qu’on attend de ses « presque-frères », du respect de simples valeurs qui ont pour nom fidélité et générosité, moi, je suis sûr qu’on peut se la refaire, cette politique vivante et efficace. Si nos énarques dominateurs avaient eu de vrais amis parmi le peuple qui souffre et s’exprime dans la douleur aujourd’hui, nous n’en serions certainement pas là. C’est quand on exclut le vivant du centre du débat que l’humanité recule. L’homme n’est pas une idée avec laquelle on joue pour engraisser son ego. Il est un animal qui pense et qui, quand on lui en donne le temps et les moyens, apprend très vite. Comment faire le bien, mais comment faire le mal aussi. C’est dans ce choix que réside le vrai pouvoir.


© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire