Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°40-41 [mai 2002 - septembre 2002]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Mickey à travers les siècles


"L’odeur des frites et de l’urine du coyote hante l’humanité."

J. Beuys und P.P.



Mickey est heureux de vous présenter dans le cadre de notre croisade contre le manque d’air et en parallèle à l’hommage à Victor Hugo et à son « homme qui rit » : Le Package de Mickey !

1. Une citation de Joseph Beuys et de Présence Panchounette™ !

2. Un poème de Théophile Gautier !

3. Une chanson de la marine (marchande)

de 36 !

4. Une photo : Ghislaine, qui est juste devant moi, me dit que je n’en manque pas (d’air)…

Et alors ? Si j’aime les citations, Théophile

et la chansonnette ?..



Carmen



Carmen est maigre, – un trait de bistre

Cerne son œil de gitana.

Ses cheveux sont d’un noir sinistre,

Sa peau, le diable la tanna.



Les femmes disent qu’elle est laide,

Mais tous les hommes en sont fous :

Et l’archevêque de Tolède

Chante la messe à ses genoux ;



Car sur sa nuque d’ambre fauve

Se tord un énorme chignon

Qui, dénoué, fait dans l’alcôve

Une mante à son corps mignon.



Et, parmi sa pâleur, éclate

Une bouche aux rires vainqueurs ;

Piment rouge, fleur écarlate,

Qui prend sa pourpre au sang des cœurs.



Ainsi faite, la moricaude

Bat les plus altières beautés,

Et de ses yeux la lueur chaude

Rend la flamme aux satiétés.



Elle a, dans sa laideur piquante,

Un grain de sel de cette mer

D’où jaillit, nue et provocante,

L’âcre Vénus du gouffre amer.





Du moment qu’on n’en sait rien



Premier couplet

La vie n’est faite que d’illusions,

De croyances, de convictions,

Aussi, lorsque dans une brasserie

Assis devant une table bien fleurie,

Le garçon vous dit, souriant,

Monsieur, voici du bœuf bien saignant,

Pourtant, hier encore, cet animal

S’appelait le vieux ch’val…

Refrain

Du moment qu’on n’en sait rien,

Ca va bien, ça va bien !

Alors vous dites avec le sourire :

« C’est fameux, y’a pas à dire »,

Et d’appeler le garçon

Pour une deuxième portion.

Ah ! Que je me régale, nom d’un chien !

Ca va bien, ça va bien…

Second couplet

Tiens donc : vous êtes le mari

D’une petite femme au minois joli

Vos amis sont aux mille soins pour elle,

Vous-vous dites : Dieu, que ma femme

est belle !

Bienheureux, vous souriez toujours,

Vous répétant : « Un vrai trésor d’amour ! »

Tout le quartier, cependant, est

bien convaincu

Que vous êtes, tout bonnement, cocu !

Refrain

Du moment qu’on n’en sait rien,

Ca va bien, ça va bien !

Vous en faites des louanges,

Vous-vous dites : j’ai un ange !

Et comme tout vous réussit

Vous criez : Mon Dieu, merci !

De m’avoir donné une femme si chouette !

Ca va bien, ça va bien !

Volent en rond les mouettes !

Troisième couplet

Quand on a dévissé du billard

Qu’on vous allonge dans l’corbillard,

Tous vos neveux, cousins, enragent,

En apprenant qu’ils n’auront pas

d’héritage…

Tous derrière, à votre enterrement,

Disent : « il aurait bien pu crever avant !

Ah, le vieux grigou, il nous laisse sans l’sou !

Le dégoûtant, le voyou ! »

Refrain

Du moment qu’on n’en sait rien,

Ca va bien, ça va bien !

Pouvez bien me couvrir d’injures,

J’m’ balade en voiture

Et tout le monde, bien bas, salue

Qu’est-ce que vous voulez en plus ?

J’suis béni, logé pour rien,

Ca va bien, ça va bien…


© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire