Accéder au site du Passant Ordinaire L'Hypothèse démocratique
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°44 [avril 2003 - mai 2003]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Pour l’enfant d’Amarah


I



tout juste une poignée de sable

une poignée de sel

une poignée d’écume



sur le petit de gazelle



une branche de pluie

une branche de rosée

de pleurs une branche



sur le petit de gazelle pâle



une plume deux plumes

une feuille qui plane

quelque neige qui vole



sur le petit de gazelle tout froid



se détachant quelques dattes

un épi de seigle qui s’égrène

un chapelet de sanglots



sur l’enfant de gazelle brisé



d’un saule de tourment

verveine secouée

le froissement d’un laurier



sur le petit de gazelle qui dort



rien qu’une goutte de lune

rien qu’un souffle de brume

un parfum de matin



sur le petit de gazelle dans sa nuit



une corbeille de braises

un peu d’aubépin qui ploie

un brin de bruyère



sur l’enfant d’Amarah













II





les sirènes tournoient

les orages à réaction

les ventilateurs de proie



sur l’enfant démuni



les sauterelles rient de tous côtés

les pilotes rient d’avoir visé juste

ricanent fort les présidents



sur l’enfant rêveur



« veux-tu de la purée de flashes ?

du ketchup éclaboussé

du hachis ? »



sur l’enfant plus que maigre



il grêle de la fausse monnaie

avec des mensonges flamboyants

grêle de phosphore par bourrasques



sur l’enfant qui n’a plus peur



et il tombe des doctrines

doctrines – gangrènes tombent

floraison de furoncles un vrai printemps



sur l’enfant pur



vilebrequins logiques

dentures métalliques

toute une ferraille affamée



d’un enfant nu



les moteurs noirs qui toussent

dynamos musculaires des volts

pulsations des amours mécaniques



sur l’enfant d’innocence













III





des dahlias criminels frémissent

les oranges sanguines chantent

les foies prophétiques éclatent



de la source d’un enfant



les hautes cités sont incendiées

là-bas tout là-bas on dirait des coquelicots

qui pétrissent les lunes



l’enfant est le pétrin



soleils – klaxons sur les gratte-ciel

avertissement des tôles inoxydables

les gratte-ciel miaulent en accordéon



le corps de l’enfant est un flûteau



les nuits saignent leur néon bleu

des acides soufrés coulent des montagnes

rayons en fusillades



car l’enfant a ouvert ses plaies



les lointaines nations suppurent

les souverains du bétail vers l’abattoir

le Très Haut souverain cela le fait rire



à cause d’un brin d’herbe



engrenages et ressorts

d’insulte et de rejet

la malédiction se lève comme une aube



à cause d’une lèvre bleue



ils prient pour les maudits de là-bas

les sables vastes les grands fleuves

une poignée sur eux de désert



et toi aussi enfant



toi pétale


© 2000-2022 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire