Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°45-46 [juin 2003 - septembre 2003]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Ma qué ? Qué normalité ?


Vous avez sans doute déjà remarqué ma tendance à devenir abscons, digressif, voire disert. Et bien, c’était un signe… Parfois, souvent, vous demeuriez surpris par mon vocabulaire frôlant le néotène, virant sous le feu violent du barbarisme afin de prendre de vitesse divers méchants courants, croisant fréquemment autour de l’anachronisme pour éviter, malin, les contresens fatals et autres récifs du récit : et bien, c’étaient des signes… Et ce don remarquable pour l’imitation ? Ce penchant pour l’obvie et l’écholalie en reportage simultanée ? Cette fascination pour les personnages de l’extrême ordinaire ? Et cette capacité à venir, mine de rien, le voilà qui revient, me mêler des grands débats ? Voyez ce que j’veux dire ? Cette volonté d’émule, mais aussi ce positionnement énantiotrope ? Et bien, là encore, c’était un signe… Enfin, cette aspiration joyeuse à la galéjade, à la franche rigolade, quoique garçon sensible, fragile au contact… Et bien c’était – encore et encore ! – un signe.

Un signe de plus…

En regardant l’émission si pertinente de Jean-luc Delarue, « Ca se discute », j’ai parfaitement appris, tout compris : je suis « surdoué » ! Rien que ça ! Tous les stigmates ! Le corollaire : au complet. An’ toutim fruttim !

Tout. Je comprends tout ; beaucoup mieux. C’était donc normal : les copains qui riaient derrière mon dos, les copines qui fixaient étrange. Normal ! Les troubles psychosomatiques, l’instabilité chronique et l’oxymore à répétition. Tout, tout, en vérité, je vous le dis et me répète, me désignait, m’élisait ! Je ne suis qu’un surdoué ! Ouf ! Rien que ça : l’inconscient à ciel couvert, la contrepèterie tenace, le calembour bombardier, de jour comme de nuit… Malade : que dalle ! Balayé pathos ! Bonjour génie ! Salut trouvaille !

Et ce goût pour la petite mousse ? Un simple jeu d’écume. Le génie est toujours branlé, mis en boîte, avant de finir en bière : logique du grossier, du vulvo-facile qui répand : « Carmina Bourana » et « inventeurs d’eau chaude » à tous les étages…

Une preuve ? Tiens : « la France moisie »… Fan’ de pute ! que je me suis dit… M’rappelle quekchose… Euréka ! Pas cherché longtemps, mais trouvé bientôt ! Snap ! Snap ! Comme ça ! Alphonse… Alphonse Allais. Se fait pas chier, l’autre génie de Sollers… Doit forcément savoir… A dit rien de rien… Te laisse les autres passer l’onguent dans l’entrejambe, toucher rectal, massez prostate ! Un bon !

Remarquez bien que je ne suis pas le seul surdoué inconnu : Max, mon voisin, (je vous en ai déjà un peu pa-pa-parlé : il bêche actuellement un bandeau-potager qui s’étend jusqu’à l’intérieur de son garage :

- Eh, Max ! ca va manquer de lumière !

- A foutre… je ferai pousser des champignons de Paris !

Il se remue, casquette jaune « Palm Springs University » sur survêt bleu-nuit horizon) fait dans le même créneau prometteur, cependant plus auto et mobile :

- Tu-tu vas comprendre, mon Mimi-mon Miquet ! Re-Re-Renault 2003 : moins 11%…. Hyundaï (la mienne caisse, quoi !) : plus 7% de ventes ! Hyundaï : simple. Co-co-coréen ! Et de bon goût ! regarde ce cul chromé plein d’aise ! Renault ? Aaaaaaahhhhh ! Les cir-cir-circuits électroniques ! …sont o-o-o-obligés de promener leur « Val Satis » sur un camion de dé-dé-dépannage vers une autre borne-signal pour dé-dé-dégommer l’an-an-an-antivol Wifi qui bloque et débloque…



J’ai convoqué Ghislaine et Shanghai Lilux (le nouveau surnom de notre fille Lisa : un « noyau dur et libre qui vient d’ailleurs »… Un peu dépensière, ma foi… Un hommage à la grande fraternisation eurasienne à venir et à son look de Shanghaise s/Garonne…) :

- Chère petite famille nucléaire, quoique souche sur les bords, juste là, à droite, combien font 12 x 13 ?

- Tu veux la réponse en simple arithmétique ou par la table de Pascal ? a jeté Lili, dédaigneusement.

- Je dois vous dire, chère petite famille, que je me suis découvert, que dis-je, je suis découvert ! Je suis SURDOUE !

- Quand il s’agit de faire les courses ou de ranger la vaisselle, ça c’est bien sûr, tu es le roi des SOURDS-DOUES !

J’ai souri… Que faire d’autre face à l’adversité ? J’ai ajouté :

- Voyez l’Amérique : j’avais compris avant beaucoup d’autres… « La Guerre des étoiles » (je parle, bien entendu, du film de 78) l’histoire des chevaliers Djedaï, de la « Force obscure » : il y avait déjà tout ! En condensé ! « l’Empire » « Les forces du mal » le choix du « Happy Few et du few happy » ! Le côté spéculaire de la force… Faut se méfier quand ça commence à causer du Mal, du « C’est pas moi, c’est l’autre ! » Souvenez-vous de la planète désertique (Tataouine ou Tajine… me souviens plus) : déjà l’Orient, l’Afghanistan !.. Et les Ewoks ? En anagramme, ca donne « kowe… » T’y es, ma Gigi ? See ? See ? SAY NO MORE !

Ghislaine a paru quand même intriguée. Shanghai Lili aussi…

- Et « Shock Corridor » avec Monty Clift, tu l’aurais pas visionné en accéléré ? a rétorqué Ghislaine, toujours aussi pugnace… Une petite lobotomie, à l’ancienne, ne serait point bienvenue, grand fou ?

Lili avait déjà remis les écouteurs de son walkman dans le tréfonds des pavillons, et marmonnait quelque chose à propos d’une famille de cinéphiles ringards et d’un vieux con qui se prenait pour Edward Norton dans « Fight club »…

Qu’importe ! Seul ! De plus en plus seul ! Le génie se paye à défaut de payer !

J’ai pris Ghislaine par le cou, tendu mon bras (et avant-bras, et index) vers le futur, indiqué ce point lointain, cependant lumineux, qui m’apparaissait entre les interstices de la tapisserie fausse-pierre, entrelacée de vigne vierge, de notre cuisine :

- Une œuvre, que dis-je, un ouvrage définitif m’attend ! Colossale : salut à toi, architectonique pensée ! Et toi, ma Mie, aiguillon inoxydable de la réalité, protagoniste du meilleur comme du pire, (la vie quoi !) amylase maïeutique de mes pensées les plus fécondes…

- En parlant de « mie » et d’amidon, Mimi, il serait temps que tu pensasses au pain ! Hors de question que je me coltine – en plus ! – esseulée toutes les commissions !

Question baguette, Ghislaine se pose là ! Nous formons un vrai couple : merci encore à Aspasie et Périclès… Alors là, soudain, le coup génial, la vision :

- Veux-tu m’épouser ? que j’ai balancé…

Bien évidemment, j’ai vu le regard de Ghislaine s’embrumer. Même Shanghai Lili s’est tapé le flippe… elle a retiré un écouteur :

- Bordel ! Bande de vieux croûtons, Vous n’allez pas me faire retravailler l’œdipe en pleine post-puberté !

Quoi de plus « normal », par « l’étant » qui court ?..



PS : contrepèteries, calembours et jeux de mots sont pour un euro… Logique !


© 2000-2019 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire