Accéder au site du Passant Ordinaire L'Hypothèse démocratique
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°47 [octobre 2003 - décembre 2003]
Imprimer cet article Imprimer l'article

La nature ordinaire entre au jardin


Nature ordinaire : celle qui quotidiennement nous entoure, en dehors des endroits dits protégés.



1° Hypothèse

Le monde est un jardin (et non l’inverse).

Le Jardin Planétaire ne saurait se plier à une cartographie

classique. Il est partout ; son territoire est l’épaisseur du vivant

Gilles Clément1



2° Possibles

Monde du jardin, Jardin du monde…

Quelle frontière entre le territoire individuel et le projet collectif d’une planète viable ?

Quelle que soit son échelle, le jardin porte en lui les dimensions

de l’utopie comme non-lieu, espace de l’illimité, du non-enclos,

à l’image que l’homme se fait de l’univers.



3° Point de départ

Là où il n’existerait pas de limites entre les herbes dites « bonnes » et les herbes dites « mauvaises ».

Là où elles se côtoient et s’entrecroisent.

Là où l’ordre biologique détermine l’emplacement et la morphologie des masses végétales.



4° Etat des lieux

Se replacer dans une logique écologique :

- Phytosociologie (étude des associations végétales)

- Dynamique des végétaux

- Groupements végétaux caractéristiques d’un milieu, d’un biotope.



5° Résultat

L’aspect du jardin ordinaire est en perpétuelle modification car

non seulement les masses végétales se transforment au gré

des saisons comme dans tout jardin, mais en plus apparaissent

et disparaissent en des endroits imprévus, de sorte que les

cheminements ne sont jamais les mêmes d’un instant à l’autre.

Variables avec les espèces et le temps, ces masses suivent toutes sortes de mouvements.

Nature ordinaire pour une diversité du monde végétal et de ses

paysages,

Palette inépuisable, intarissable.

Brassage auquel se livrent les plantes de tous les milieux,

de tous les continents :

Espèces acclimatées, espèces indigènes, espèces exogènes,

espèces exotiques,

Espèces spontanées, espèces naturalisées, espèces horticoles

en mélange.



6° Proposition… pieuse

Aborder la planète comme on aborderait un jardin ordinaire.

Transposer l’attitude du jardinier et de son économie (« faire le plus possible avec, le moins possible contre » Gilles Clément1 ) à la vie du citoyen dans son cadre ordinaire.

Nous sommes tous gardiens, tous jardiniers d’un monde à cultiver.



7° Stratégie de plantation du jardin ordinaire

Penser le jardin comme une nature jardinée où l’on accompagnerait le développement spontané, jusqu’à son équilibre et sa maturité.

Laisser prendre place,

Laisser en place, en pleine terre, en permanence,

Envisager le jardin comme un ensemble de biotopes à compléter

et à décliner.

Culture naturalisée libre de se multiplier au fil du temps.

Laisser fleurir,

Laisser monter en graines pour un impact saisonnier variable,

Gestion par fauches et débroussaillages volontaires.

A replacer dans l’idée d’une bonne gestion de la nature et d’une préservation étendue aux espaces non protégés,

Environnement dessiné exclusivement par l’ordre de la nature.





8° Expérience

Coin oublié au festival des jardins de Chaumont-sur-Loire 2003 : jardin n°28

Cette année, le festival a pour thème " mauvaise herbe " :

l’occasion pour nous de réaliser notre premier jardin ordinaire...

Il s’agit d’exprimer la colonisation et l’envahissement de la ronce qualifiée de mauvaise herbe qui reprend ses droits en déchirant la clôture de séparation du jardin proprement dit. Deux espaces sont créés : un premier jardin minéral — c’est l’expression poussée à l’extrême du jardin maîtrisé par le jardinier — ; puis installé en fond de parcelle, tapi dans l’ombre du coin oublié, un second jardin composé d’une douzaine de variétés de ronces aussi bien horticoles que sauvages : notre jardin ordinaire.





Coin oublié au festival des jardins de Chaumont- sur-Loire 2003 (jardin n°28)





Un jardin par définition, se veut et se doit d’être — pourrait-on dire — un espace artificiel créé de toutes pièces, non-sauvage, où tout est maîtrisé et voulu par celui qui jardine.

Tout ce qui peut être qualifié de « sauvage » paraît donc exclu.

Pourtant, dans les espaces au sol fréquemment travaillé, s’installe à l’insu du jardinier, tout un cortège d’espèces indésirables et que l’on est amené à combattre pour en freiner l’expansion.

La nature a horreur du vide, c’est bien connu; elle colonise tout espace disponible au moyen de quelques plantes envahissantes ayant une forte aptitude colonisatrice.

Les ronces (rubus) en font partie.

Un jardin avec ses allées, ses talus, ses pelouses, ses haies, sa

clôture et ses expositions variées, offre une mosaïque d’habitats favorables à la plante sauvage souvent appelée « mauvaise herbe ».

Le jardin minéral de notre projet en est l’expression poussée à

l’extrême.

Il se divise en lignes, comme le serait un potager ; mais ici ces lignes sont minérales et noires (essentiellement en ardoise et

schiste choisis localement...)

C’est bien sûr dans les coins un peu oubliés que cette végétation va tenter de s’exprimer ; malgré nous, là où nous ne l’avons pas

délibérément plantée.

Le projet consiste à (a)ménager donc un coin oublié susceptible de nous offrir un peu du charme d’une nature sauvage qui reprendrait ses droits...

Par là nous invitons à nous interroger sur le statut de la « mauvaise herbe » que le jardinier repousse hors les limites de son terrain

et qui, à partir du moment où elle est cultivée, cesse d’être une mauvaise herbe.

Il oppose un jardin minéral structuré en lignes et qui n’est

que paillage et un jardin de ronces qui mélange les variétés dites

« sauvages » et les variétés horticoles.



Il existe de nombreuses variétés de ronces

(grande famille des Rosacées).

Seuls quelques botanistes experts sont en mesure de distinguer les innombrables sous-espèces de ronces qui poussent dans nos régions. On compte entre quarante et plusieurs centaines de clans indigènes, dont la plupart sont à rattacher à la ronce des bois.

Ces arbustes que tout le monde connaît, poussent naturellement. Cependant peu de personnes connaissent l’existence des ronces arbustives sauvages et horticoles fort élégantes.

On peut les cultiver justement pour l’attrait de leur floraison

au printemps et de leurs fruits en été, la beauté de leur bois en automne/hiver et pour leur intérêt architectural ; leurs tiges

longues et arquées s’enracinent souvent à l’extrémité et forment ainsi des enchevêtrements denses, en arcs-boutés.

Les rubus ont en général, un port souple, de longs et vigoureux rameaux à l’écorce souvent très colorée et aux épines parfois

redoutables.







Leurs fleurs, blanches ou roses (voire violettes pour la rubus

odoratus), donnent ensuite naissance à des fruits appréciées des oiseaux et des humains. Les fleurs sont très attractives pour les abeilles. La floraison se prolonge pendant un ou plusieurs mois. Mais seules les variétés cultivées ont des fleurs autofertiles.

Les mûres rubus fructicosus aux rameaux démesurément longs et fort envahissants, sont des plantes ligneuses et vigoureuses (dites sarmenteuses), qui peuvent dépasser les quatre mètres d’envergure !

Les feuilles des mûres rubus fructicosus sont utilisées comme tisane médicinale (contre la toux). Feuilles et rameaux sont connus pour leurs propriétés astringentes depuis l’Antiquité. Quant aux jeunes feuilles et pousses, elles peuvent servir dans les traitements contre la diarrhée, la dysenterie, l’hémorragie.

Les fruits riches en vitamine C sont un aliment fort apprécié sous forme de sirop, de gelée ou de confiture.

Les mûres rubus fructicosus représentent également une source nutritive importante pour les oiseaux et les insectes pollinisateurs.

Quatre grands groupements de ronces rubus sans distinction faite entre sauvages et horticoles ont été installés :



1) les sarmenteuses (rubus fructicosus, rubus odoratus et rubus ulmifolius « bellidiflorus »)

2) les fruitières (rubus idaeus, rubus idaeus « fall gold », rubus mûre géante « smoothstem », rubus mûre géante « thornless oregon », rubus caesius et rubus spectabilis)

3) les arbustives (rubus cockburnianus, rubus cockburnianus

« golden vale », et rubus thibetanus)

4) les tapissantes installées à l’ombre des arbustives (rubus idaeus « aureus » et rubus « betty ashburner »).

La première année, la ronce produit des tiges bisannuelles (turions) non fertiles d’une longueur habituelle de 0,50 à 2 mètres et

pouvant atteindre jusqu’à 7m.

La seconde année, les tiges épineuses se garnissent de fleurs

(cannes).

Puis suivent les fruits bleu-noir, rouges ou encore jaunes,

comestibles (qui ne sont pas des baies mais des fruits multiples) :

Enfin les tiges aériennes meurent.

Les tiges vivent donc 2 ans : vertes la 1ère année, elles fleurissent et se lignifient la 2e année.

La récolte débute la 2e année.

C’est pourquoi nous avons choisi d’installer des plants de deux ans minimum.

Il est possible de tailler les ronces, mais ce travail s’avère inutile, puisque les tiges meurent d’elles-mêmes après deux ans.

Rustiques, les ronces sont faciles à cultiver. Aucun souci de reprise ; Toutes les ronces – et tout particulièrement les rubus fructicosus – peuvent devenir très envahissantes dans les sols riches.

Elles se propagent par marcottage, drageonnage ou développement des stolons.

Elles poussent à la lisière des bois d’Europe, dans les fourrés

les friches ou dans les jardins.

Plantes passe-partout et très solides, qui résistent jusqu’à -25°C, elles sont souvent considérées comme des « mauvaises herbes » envahissantes.

Elles poussent en tout sol, même pauvre, mais préfèrent une terre riche, sableuse et profonde, non détrempée.

Architecte d.p.l.g. muséographe, a travaillé sur la salle de La Joconde au musée du Louvre. Paysagiste, lauréate à Chaumont-sur-Loire en 2003.

(1) Architecte-jardinier, auteur de Le jardin en mouvement de la vallée au parc
A. Citroën, Ed. Sens et Tonka, avril 1994.
Citations extraites de « Pour un jardin planétaire » in Géo, hors série Jardins, 2003.

© 2000-2022 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire