Accéder au site du Passant Ordinaire L'Hypothèse démocratique
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°48 [avril 2004 - juin 2004]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Les enjeux de la recherche

Raffarin nous cherchait, il nous a trouvés
Quel est l’enjeu de l’affrontement entre les chercheurs et le gouvernement qui ne rêve que de coupes sombres ? Le recul de la recherche publique et son asservissement à des fins mercantiles à cause de la place grandissante prise par les financements privés s’inscrivent dans le mouvement de libéralisation qui atteint aujourd’hui l’ensemble de la sphère de la société restée jusque-là hors marché : services publics, protection sociale, culture et recherche. Dès lors que le savoir, les découvertes et inventions deviennent les éléments moteurs de la création de richesses, le capitalisme n’a de cesse que d’étendre à l’infini le champ de la propriété privée. Tel est le sens de la pression exercée par les multinationales au sein de l’Organisation mondiale du commerce pour obtenir le droit de déposer des brevets sur tout le patrimoine naturel et scientifique de l’humanité. Plus ce droit progresse, plus il entre en contradiction avec l’existence d’une recherche publique s’engageant sur des objectifs définis par la société.

La lutte pour sauver la recherche et éviter sa marchandisation comporte donc plusieurs dimensions.

Elle exprime la nécessité de refonder une relation entre la science et la société pour relégitimer la première à une époque où la maîtrise des processus biologiques pose des questions éthiques redoutables et où la définition du progrès ne va plus de soi.

Elle révèle le caractère de bien public de la connaissance qui doit absolument échapper à la privatisation pour deux raisons. La première est une affaire de principe : la connaissance est un héritage sans cesse agrandi de l’histoire humaine et il doit être transmis comme tel. La deuxième raison relève d’une exigence d’efficacité : la connaissance grandit quand elle est partagée et construite en coopération ; au contraire, elle s’étiole, voire disparaît quand elle est accaparée.


© 2000-2022 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire