Accéder au site du Passant Ordinaire L'Hypothèse démocratique
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Retour
© Passant n°48 [avril 2004 - juin 2004]
Imprimer cet article Imprimer l'article

Démocratie et agirs revendicatifs


La démocratie est l’institution politique de la société par le pouvoir-citoyen. L’exercice du pouvoir-citoyen y fonde la distribution légitime des pouvoirs politiques et exige que ceux-ci travaillent à l’intérêt commun.



À l’aune de cette définition, nos pratiques semblent bien déficientes. Les maux qui les affectent trouvent leurs origines dans une double crise de l’expression et de la représentation politique. La crise diffuse de l’expression politique s’alimente tout à la fois d’une défiance plus ou moins avouée à l’égard du suffrage universel et de ses dérives possibles, du sentiment de la vanité des pratiques électorales, de l’insuffisante représentation des minorités politiques ou encore de la déconsidération persistante du vote blanc. À ce premier nœud de difficultés s’ajoute une crise avérée de la représentation politique : au-delà des « affaires » de corruption et de népotisme ou du ridicule de la politique spectacle, la représentation politique n’est plus perçue comme l’effet d’un acte souverain de délégation du pouvoir citoyen, mais plutôt comme la reconduction régulière d’une caste de politiciens professionnels socialement peu représentatifs et dont les décisions sont en définitive souvent subordonnées à des contraintes économiques qui les dépassent, de bonne ou mauvaise foi. Ces difficultés conjuguées de l’expression et de la représentation politiques se traduisent par de nombreuses réactions de rejet et de défiance, manifestées avec éclat, lors de la dernière élection présidentielle, par l’essor de l’abstention et, pour le pire, par le recours massif aux contestations extrémistes les plus violentes de ce système1. Devant cette situation, l’invocation obsessionnelle de la République peut alors jouer, à droite comme à gauche, comme le rappel à l’ordre d’une identité nationale commune, qui viendrait lester la vie démocratique d’une rigueur civile ou encore d’une expérience historique unique, concrétisée par des institutions et des traditions politiques pérennes. Mais la mise en majesté d’une telle transcendance ne résout pas concrètement les difficultés qui viennent d’être évoquées, ni ne répond aux enjeux de l’époque, ceux, pour le dire vite, de la mondialisation néolibérale des économies et de ses dérives.

Il n’est pas sûr qu’il faille nécessairement interpréter en eux-mêmes ces phénomènes comme l’œuvre d’une « dépolitisation » d’envergure au cours de laquelle les citoyens se désintéresseraient purement et simplement de la chose politique. Bourdieu avait insisté sur ce point : les situations de désintéressement apparent, de non-réponse et d’abstention dépendent directement de la compétence politique que l’on se reconnaît et sont aussi des formes de protestation détournées2. Dans le cas présent, il paraît plus juste et plus pertinent de parler d’une expérience généralisée de dépossession du pouvoir-citoyen, alors que l’exercice de celui-ci fonde en théorie toute la légitimité du système démocratique.



Cette dépossession est une réduction des possibilités de débats et de délibération. En effet, au sein de l’espace public, ce sont tout particulièrement les revendications qui expriment directement des besoins sociaux qui se trouvent marginalisées, dans la mesure où le débat public porte le plus souvent sur des questions qui leur sont extérieures : aléas de la gouvernance nationale, modalités de la convergence européenne, problèmes géostratégiques, etc. Parallèlement, cette expérience de dépossession est vécue comme une restriction des modes d’actions possibles du pouvoir-citoyen : entre la sanction électorale et les manifestations protestataires de grande ampleur, il semble bien difficile de faire entendre sa voix. Dans l’évaluation subjective des possibilités d’intervention, cette réduction des marges de manœuvre est souvent vécue dans une douloureuse résignation.



Envisager un renouveau des pratiques démocratiques, ce serait donc tenter de remédier à cette situation, dans la mesure de nos possibles. Comment, concrètement, revivifier l’exercice pratique du pouvoir-citoyen et libérer sa pertinence démocratique ? À première vue, deux chantiers sont ouverts, tous deux animés par l’exigence d’une démocratie vive, participative, qui ne se réduirait pas à un simple dispositif formel de délégation de pouvoir.



Le premier de ces chantiers est celui d’une démocratisation accrue des institutions politiques. Cette exigence, aussi vieille que la démocratie, trouve notamment à s’accomplir au sein de chaque parti, par la définition d’une meilleure représentativité, par le non-cumul strict des mandats. Mais elle peut aussi trouver une concrétisation directe dans la mise en place de consultations et de délibérations locales, par la mise en œuvre d’une véritable démocratie participative3. Ces différentes procédures, qui concernent essentiellement l’exercice de la politique formelle, peuvent permettre une vigilance accrue à l’égard des politiques en cours et une réappropriation effective des délibérations et des décisions politiques.

L’autre chantier en cours est celui des multiples formes de lutte qui, selon des modalités d’actions variées et novatrices, s’efforcent de mettre en œuvre contestations et désobéissance civile éclairées. De ce point de vue, le fait le plus marquant de cette dernière dizaine d’années demeure l’apparition ou la montée en puissance d’organisations qui pratiquent des formes d’actions qui échappent aux formats traditionnels de la manifestation ou de la grève, en débordant parfois l’action et la représentativité des syndicats institués. Qu’il s’agisse du DAL, d’Act Up, de Greenpeace, de la Confédération Paysanne, de SUD, des mouvements des « sans » comme d’une multitude d’associations, le renouveau vient ici de l’articulation entre la formulation des revendications et un travail inédit sur les formes de visibilité politiques. L’élaboration conjointe de discours alternatifs et de pratiques inventives a donné naissance à une multitude d’agirs revendicatifs innovants.



Trois spécificités caractérisent ces nouvelles formes d’agir revendicatif. La première réside dans la « radicalité » déclarée des actions entreprises. Sous un vocable parfois ambigu, ces agirs revendicatifs manifestent la volonté de prendre les problèmes « à leurs racines », en réponse directe à des réalités scandaleuses : indigence ou absence de logement, discriminations manifestes, non-respect du droit du travail, urgences écologiques, précarisations de tous ordres, etc. Dans cet effort mis à dénoncer une réalité et à interpeller conjointement des instances de décision capables de la transformer, ces agirs revendicatifs se montrent en prise directe avec des réalités sociales, des besoins sociaux négligés ou tenus pour secondaires. Prenons l’exemple des mouvements des « sans » (sans-emploi, sans-papier, etc.). La radicalité de l’agir revendicatif réside dans le fait que les intéressés manifestent eux-mêmes la réalité des difficultés qu’ils rencontrent, aidés et soutenus en cela par diverses associations. Ce sont les situations vécues qui informent la politique, par l’intermédiaire des personnes les plus concernées. Les légitimités de ces agirs revendicatifs renvoient donc toujours à un contexte sociopolitique jugé à la fois inadmissible et transformable et s’adossent à une estimation relative des besoins sociaux fondamentaux4. L’agir revendicatif ne trouve plus sa motivation première dans la promesse d’un grand soir, mais dans l’expérience de contextes sociaux déterminés qui lui donne sa pertinence politique.



La seconde caractéristique de ces mouvements réside dans l’attention accordée à

la visibilité des actions engagées. L’omniprésence publicitaire a au moins le mérite de nous rappeler sans cesse à quel point le visible, tout le visible, est affaire de choix politiques, qu’il s’agisse des visibilités géographiques, celles des espaces, des places, des rues et des routes, ou de la visibilité médiatique, celle qui commande la résonance des événements, celle qui « fait » l’opinion. Toute insurrection est par essence spectaculaire. Par des dispositifs, des mises en scène, des perturbations et des occupations, les nouvelles formes d’agir revendicatif ont fait montre d’une belle inventivité, en travaillant à la fois sur les modalités d’occupation de l’espace public et sur les modalités d’interpellation des pouvoirs en place. Prenons encore un exemple. Ce que montre une occupation de logements vacants par le DAL, c’est une confrontation entre les besoins des sans-logis et des mal-logés et la satisfaction possible de ces besoins par la réquisition de logements. L’occupation physique et visuelle de l’espace et son retentissement médiatique éventuel exhibent une possibilité de changement qui est d’ordre politique. À côté des pratiques de la délibération et de la négociation, s’affirment donc des pratiques de la monstration, de la mise au jour de réalités sur lesquelles on voulait fermer les yeux pour que les choses suivent mieux leurs cours. L’enjeu de cette esthétisation du politique n’est pas simple affaire de décorum, elle manifeste les présupposés et les implications esthétiques du politique, sa traduction sensible dans notre quotidien, cette scène subjective du monde commun. En d’autres termes, le visible, l’environnement esthétique et médiatique sont devenus un terrain démocratique sur lequel il est possible de donner à voir des propositions politiques.



Enfin, la dernière caractéristique de ces nouvelles formes d’agir revendicatif, la plus importante sans doute, réside dans le fait qu’elles constituent autant d’épreuves du collectif, dans lesquelles s’attestent des solidarités et se réinventent d’autres manières de vivre en société. Ces agirs revendicatifs innovants sont plus que des expressions originales de contre-discours, ils dessinent en pratique des alternatives à la quotidienneté aliénante du capitalisme moderne. Qu’il s’agisse des grands rassemblements du Larzac, des street-parties, des squats, comme d’actions plus ponctuelles, on retrouve l’art des rencontres, on développe des réseaux, on recrée du lien social5. La créativité des pratiques est ainsi de part en part créativité sociale, qu’elle la manifeste ou la suscite.

Les difficultés et les échecs rencontrés par les récentes luttes, notamment celle des intermittents, dans un déploiement inédit de modalités d’actions, montrent assez que les traductions politiques ne sont pas immédiates, loin de là, et mettent en évidence à quel point des relais institutionnels (syndicats, partis6) sont indispensables à la réussite des luttes. Il y a là beaucoup à faire, pour parvenir à définir des modèles d’articulations viables entre agirs revendicatifs et institutions représentatives qui ne sacrifient pas les premiers sur l’autel des seconds. Devant ces obstacles, on ne saurait pour autant céde à la résignation et renoncer aux bénéfices et aux puissances de résistance des agirs revendicatifs nouvelle manière, puisque s’y joue désormais l’exercice de la pertinence démocratique du pouvoir-citoyen, comme une indispensable réappropriation collective

du politique.

(1) Il faut reconnaître que Le Pen a toujours su exploiter ces crises de l’expression et de la représentation politique, en pratiquant l’appel incantatoire à une VIe République comme le coup de poing vengeur contre les élus, sans toutefois aller jusqu’à la remise en cause de la démocratie libérale ni renoncer à l’obtention d’une légitimité électorale. Cf. Le Pen, les mots. Analyse d’un discours d’extrême droite, I. Cuminal, M. Souchard, S. Wahnich, V. Wathier, Paris, le Monde Éditions, 1997.
(2) P. Bourdieu, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000, p. 34 et sq., et Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 238 et sq.
(3) Cf. Porto Alegre. L’espoir d’une autre démocratie, M. Gret, Y. Sintomer, La Découverte, 2002.
(4) Cette pluralisation des légitimations des agirs revendicatifs, toujours relatives à des possibilités économiques et politiques déterminées et à des contextualisations diverses et variées des injustices, est un des éléments qui expliquent sans doute, à côté des prestiges de la légitimation philosophique de la démocratie institutionnelle et de la société du Droit, la difficulté que l’on rencontre lorsque l’on s’efforce de fonder en droit la désobéissance civile, qui ne peut en définitive se justifier que par sa pertinence critique relative à l’égard d’une situation historique déterminée. La question de cette définition sociale des fins et moyens légitimes des luttes est déjà présente dans les Questions de sociologie de P. Bourdieu, Éditions de Minuit, 1980, p. 258.
(5) Sur ces formes de socialité, cf. Du contre-pouvoir, M. Benasayag, D. Sztulwark, La découverte, 2000, p. 6.
(6) Sur ce point, une des façons de contourner les effets de la crise de la représentativité évoquée plus haut consiste à travailler en réseaux, en coordinations. Cf. Pierre Khalfa, « Sud, une tentative de rénover le syndicalisme », le Passant Ordinaire, n° 35, juin-août 2001.

© 2000-2022 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire