Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.

Edito du Passant n°28 - L'homme carcéral

[mars 2000 - avril 2000]

Acheter la version imprimée de ce numéro

L’Homme carcéral.

Une commission d’enquête parlementaire présidée par Laurent Fabius vient d’être nommée. Elle aura pour mission d’effectuer des visites surprises en prison puis de pondre un beau petit rapport tout bien ficelé pour la grande réforme de l’univers carcéral. Comme à chaque irruption médiatique sur les conditions de détention, l’espoir renaît, puis meurt. Les bons sentiments affichés en dehors ne passent pas la porte du dedans. Et la prison rime toujours avec surpopulation, négation de l’intimité, zone de non droit, « salaires » indécents, réinsertion dérisoire… L’institution judiciaire, elle, allonge les peines, multiplie les détentions provisoires, propose au compte-goutte alternatives à l’incarcération et aménagement des peines.

La gendarmerie de Gironde vient de se doter d’hélicoptères équipés de phares de recherche pour repérer les délinquants. « A l’américaine ! » titre Sud Ouest. Le vent de la tolérance zéro gagne partout du terrain, accentue la régulation pénale de l’insécurité sociale. « Effacement de l’Etat économique, abaissement de l’Etat social, renforcement de l’Etat pénal ». Pour Loïc Wacquant, ces trois transformations sont intimement liées et résultent pour l’essentiel de la conversion des classes dirigeantes à l’idéologie néolibérale. Laquelle idéologie néolibérale si soucieuse d’efficacité s’en soucie bien peu quand les détenus qu’elle libère ne sortent pas « libres » mais menottés dans leur tête, leur travail, leur vie affective, quand les préjudices subis par les victimes ne sont pas réparés.

« Toute personne enfermée est une part de nous. Puissent enfin les prisonniers parler » tempête Bernard Bolze, fondateur de l’Observatoire international des prisons. Nous qui ne sommes pas enfermés, nous leur devons, nous nous devons autre chose que cette mort lente que dénonce avec force Jean-Marc Rouillan.

Jorg Haider, en voilà bien un que la tolérance zéro doit réjouir. Que les hélicoptères tournent au dessus de Vienne, que les prisons regorgent de détenus basanés ! Les camps, il aime, lui le fils de nazi. Ceux d’hier, ceux qu’il pourrait construire demain.

Dans ce monde de brutes, faut de la beauté, de la beauté du jeu, « celle qui te met la tête à l’envers ». Petit éloge croisé à Brecht, Bourdieu et Boniface (André). Le grand Sam qui déborde échevelé les mots quand d’autres poussent au bélier, Bourdieu qui enrhume les maîtres du monde d’une envolée inattendue, et André d’Ovalie qui fait chanter jusqu’aux pâquerettes du pré. Cadrage-débordement salvateur. « Pour avancer, faut être debout ». Pour vivre, faut être têtu.

Le Passant

© 2000-2021 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire