Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.

Edito du Passant n°30 - L'amour

[août 2000 - septembre 2000]

Acheter la version imprimée de ce numéro

Oui, et pourquoi pas l’amour ? Voilà l’argument qui a été lancé il y a quelques mois, au Passant Ordinaire, à ceux qui doutaient de l’intérêt d’un tel thème pour notre numéro d’été. Ils n’ont trouvé rien à répliquer. Pourquoi pas, en effet. Ça intéresse tout le monde, en principe. Et puis, comme il a été dit alors, ça nous changera de l’entreprise, du risque, de la prison, rien que des sujets vachement gais, comme les étapes obligées d’un vaste parcours du combattant dont nul ne saurait réchapper. L’idée de consacrer un numéro de notre revue à un peu de frivolité, pour une fois, nous a effleurés. Foin de la noirceur du monde que nous commentons d’habitude, et des plaies que nous tâchons d’explorer avec les armes de la critique. On allait changer d’air, de perspective, d’attitude... On allait la jouer light, fun, peut-être primesautier...

Voire.

Parce que tout ça ne va pas de soi. Bien sûr, il vaut mieux aimer, être aimé, sans quoi la vie est bien morne, réduite aux fonctions physiologiques, par exemple aux battements du cœur, dont vous découvrirez dans ces pages qu’il est vraiment, preuves à l’appui, le siège du sentiment amoureux, comme l’avaient pressenti les anciens. Et même il faut aimer, encore heureux... entre Don Quichote et Don Juan, on choisit facile de combattre même les moulins à vent en rêvant à Dulcinée. Voilà la déclaration programmatique, pour un futur imparfait et subjectif, qu’on trouvera aussi dans ce numéro. Mais on peut aussi ne pas pouvoir aimer, et être heureux quand même, comme ce type dans sa voiture en vitesse de croisière, qui semble n’avoir pas assez d’un piston pour être satisfait. Ah ! mégalomanie phallocrate, quels ravages tu fais !...

Tout se complique...

Voilà les machines qui ramènent leur fraise... On parlait tout à l’heure de futur... Ça promet ! On nous annonce de l’amour programmé, marchandisé, virtuel. Après la bulle financière, le mirage érotique ! Quel bonheur ! On baise un logiciel, on casque avec du vent. Monnaie de singe, oui ! Mœurs de babouins pornographes, s’ébattant parmi la profusion d’images ressortissant, pour la plupart, d’une vision pornographique du monde, comme si le journal de vingt heures pouvait être, lui aussi, classé X !

Sexe à vendre ! Corps-objets à l’encan !

Sentiments partagés...

Il est bien d’autres textes, d’humeur et d’amour, dans ce numéro du Passant. D’autres histoires, inquiètes et troublantes, évidemment. Les rédacteurs et les invités ont mis tout leur amour (comme d’habitude), et

Le Passant

© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire